Une initiative de
BNP Paribas Fortis

VISTA
 © Filip Van Roe
5 Temps de lecture

"Pour une entreprise centrée sur la durabilité, une obligation verte est une réelle valeur ajoutée"

Une initiative de BNP Paribas Fortis

Plus dans VISTA

Investir dans une entreprise qui utilise ensuite ces fonds pour développer des projets ou des produits durables, telle est la philosophie d’une obligation verte. Shanks, le spécialiste européen du traitement des déchets, a émis l’an dernier en Belgique la première obligation verte d’entreprise destinée aux particuliers. En moins de cinq jours, il est parvenu à récolter 100 millions d’euros.

Publicité

Publicité

Publicité

Fin 2015, le groupe européen Shanks, actif dans la collecte et la valorisation des déchets, a inauguré dans le port de Rotterdam une installation de traitement des déchets flambant neuve. Les eaux usées, les huiles, les boues et les matières solides y sont séparées. Après assainissement, les eaux sont rejetées à l’égout, tandis que les déchets récupérés sont transportés par voie maritime vers une usine de traitement spécialisée. "Avec la construction de cette toute nouvelle installation – un investissement de 10 millions d'euros – nous faisons d'une pierre deux coups: nous recyclons encore plus et réduisons sensiblement nos émissions de CO2 dans le port de Rotterdam", confie avec fierté Toby Woolrych, le Directeur financier du groupe Shanks. En Belgique, le groupe investira prochainement dans le renouvellement de la flotte de camions permettant ainsi à Shanks d’améliorer son empreinte carbone.

Image durable

Ces deux projets durables participent d’un programme d'investissement plus large, d'une valeur de plusieurs dizaines de millions d'euros. Pour le financer, Shanks a opté l'an dernier pour l’émission en Belgique de la toute première obligation verte à destination des particuliers. Une idée de sa banque BNP Paribas Fortis. "Nous sommes en relation avec Shanks depuis de longues années. Nous connaissons donc parfaitement l’entreprise et ses activités", indique Raf Ceulemans, chargé de relation. "Shanks est constamment en quête de solutions innovantes, non seulement pour collecter et traiter les déchets, mais aussi pour les transformer en produits et matériaux nouveaux qui peuvent être remis sur le marché."

"Nous voulons contribuer à la protection de la planète et à l’amélioration de l’environnement. Les obligations vertes cadrent parfaitement avec cette ambition."
Toby Woolrych Directeur financier du groupe Shanks

Pour BNP Paribas Fortis, une obligation verte tombait sous le sens, étant donné que les activités du groupe Shanks sont orientées vers l’économie circulaire, un marché en croissance rapide. Même si ce produit est relativement neuf, il a été bien accueilli par le grand public. L’émission s’est rapidement révélée être un grand succès.

"Le label vert de cette obligation offre une grande valeur ajoutée à une entreprise comme la nôtre", affirme Toby Woolrych. "Toutes les activités de Shanks sont centrées sur la durabilité. Nous sommes concernés par l’avenir de la planète et souhaitons contribuer à l’amélioration de l’environnement. Les obligations vertes cadrent parfaitement avec cette ambition."

Un regard indépendant

À l'heure où la durabilité et l’investissement socialement responsable font partie des priorités économiques et politiques, les obligations vertes gagnent en popularité. La direction de Shanks n'en a pas moins été agréablement surprise lorsque BNP Paribas Fortis lui a proposé, l'an dernier, de remplacer un emprunt obligataire qui arrivait à échéance par une obligation verte. "Nous ignorions l’existence de cette possibilité", reconnaît Toby Woolrych. "BNP Paribas Fortis nous a parfaitement accompagnés dans la préparation de l'émission. Nous devions rédiger un prospectus et entrer en contact avec des régulateurs, des avocats, des experts comptables et d'autres banques. A cet égard, l’aide d'une banque est très précieuse pour accomplir toutes ces démarches."

Le label vert de cette obligation offre une grande valeur ajoutée à une entreprise comme la nôtre.

Mettre sur le marché une obligation verte n’est pas une décision qu’une banque prend à la légère. Elle doit avoir une parfaite connaissance de ce marché et maîtriser ce type d’émission. Son expertise est également indispensable pour fixer le prix d’une telle obligation. Ce dernier doit satisfaire tant l'investisseur que l’émetteur.

BNP Paribas Fortis a également fait appel à un second party opinion provider, une partie indépendante chargée d’examiner et d’analyser les activités de l'émetteur selon un certain nombre de critères préalablement définis. Mais aussi d’étudier soigneusement l'utilisation future des fonds levés: ils doivent être effectivement affectés à des investissements durables. Le groupe Shanks était convaincu de l'issue favorable de cette émission, pratiquement chaque euro qu’il investit, est consacré au développement de produits et technologies durables. Inscrire le financement de ses investissements dans cette logique de durabilité allait donc de soi.


"De plus en plus d'entreprises veulent convaincre la communauté locale et leurs propres travailleurs qu’elles agissent de façon durable et sont concernées par l’environnement", observe Toby Woolrych. "Elles peuvent dès lors être tentées d’utiliser une obligation verte à des fins plutôt marketing ou pour améliorer leur image. En soi, il n'y a pas de mal à cela, d’ailleurs: si une obligation verte peut produire un effet de levier et stimuler les entreprises à investir davantage dans des produits ou des technologies durables, ce ne peut être que bénéfique pour l'ensemble de la société."

Perfect match

"Notre tâche consistait à structurer et à vendre cette obligation verte aux investisseurs particuliers belges", évoque Katherine Dior, Head Primary Markets chez BNP Paribas Fortis. Comme il s'agissait d'une première en Belgique, la réception de ce produit par le grand public était une inconnue tant pour la banque que pour l'émetteur. Cependant, ce produit innovant correspondait parfaitement à une demande du marché, d'une part et était en parfaite adéquation avec les activités de Shanks, d'autre part.

"Si les obligations vertes parviennent à stimuler les entreprises à investir davantage dans des produits ou des technologies durables, au final toute la société y gagne."
Toby Woolrych Directeur financier du groupe Shanks
 © Filip Van Roe © Filip Van Roe

"La durabilité figure de plus en plus parmi les priorités des investisseurs. Ces derniers apprécient l'idée qu'en achetant ce type d’obligation, ils contribuent ainsi à la protection de l’environnement et de la planète. Et pour une entreprise dont les activités sont centrées sur la durabilité, mettre cet aspect en avant au travers de son financement présente un grand intérêt" conclut Katherine Dior.

Niche

Les obligations vertes constituent encore un marché de niche relativement limité. Cependant, l'intérêt suscité par l’obligation verte émise par le groupe Shanks laisse espérer le meilleur pour l’avenir. "La période de souscription a démarré le 8 mai", évoque Toby Woolrych. "À peine cinq jours plus tard, nous avions atteint notre objectif et récolté les 100 millions d’euro que nous visions! Preuve que le grand public est de plus en plus intéressé par ce type des produits d’investissement."

Publicité

Publicité