Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Rouler au gaz réduit votre empreinte écologique… et celle de vos clients

“Rouler et faire le plein de gaz est aussi facile qu’avec du diesel ou de l’essence”, note Didier Hendrickx, Public Affairs Manager chez Gas.be. ©Studio Dann

Les particuliers mais aussi les entreprises et les pouvoirs publics se tournent de plus en plus vers les véhicules au gaz. Les camions, camionnettes et bus roulant au CNG ou au GNL ont deux atouts: écologique et financier.

Les voitures au gaz n’ont jamais été aussi conviviales. Elles sont désormais équipées de moteurs plus puissants et plus économes et de réservoirs plus légers. Par ailleurs, le choix de modèles s’est nettement élargi et le réseau de stations au gaz est en expansion. Notre pays compte 123 stations proposant du CNG (gaz naturel comprimé) et 12 stations offrant du GNL (gaz naturel liquéfié). En Europe, le réseau totalise près de 3.700 stations CNG et 220 stations GNL.

On ne fait pas la file aux pompes, note Didier Hendrickx, Public Affairs Manager chez Gas.be, l’association des gestionnaires du réseau de transport et de distribution de gaz. “Rouler et faire le plein de gaz est aussi facile qu’avec du diesel ou de l’essence. Le CNG est surtout recommandé pour le transport de personnes et les petits camions. Les véhicules plus lourds qui doivent parcourir des distances plus importantes lui préfèrent le GNL. Et leur autonomie n’a jamais été aussi grande: les nouveaux camions au GNL peuvent parcourir plus de 1.500 km avec un plein.”

Empreinte écologique réduite

Evolution du nombre de stations et de voitures au CNG 2013-2019 ©DOC

Notre pays compte plus de 300 poids lourds roulant au GNL. AFC fait partie des entreprises qui croient aux avantages du gaz. En 2014, cette filiale d’ADPO (Beveren), spécialisée dans le stockage et la logistique de produits chimiques liquides, a intégré dans ses installations portuaires la première station de GNL du pays en partenariat avec Drive Systems. Les tiers peuvent aujourd’hui y faire le plein.

“Nous avons choisi le gaz afin de réduire notre empreinte écologique”, explique Filip De Dijcker, Managing Director d’ADPO. “En comparaison avec un camion au diesel Euro 6, un camion au gaz émet en moyenne 20 à 25% de CO2, près de 70% d’oxyde d’azote et 95% de particules fines en moins.” L’impact positif ne se ressent pas uniquement au niveau de l’environnement et d’AFC/ADPO, mais aussi des clients. Lors des demandes d’offres, en effet, les clients potentiels prennent de plus en plus en considération les efforts des transporteurs pour revoir à la baisse leur empreinte écologique.

Avantage concurrentiel

Un autre atout du GNL est son prix, inférieur de près de 30% à celui du diesel, tout en allongeant la durée de vie des moteurs grâce à la meilleure combustion du gaz. “Ces dernières années, le tarif du diesel n’a cessé d’augmenter, tandis que celui du gaz est resté plus stable, il a même baissé cette année”, pointe Filip De Dijcker. AFC possède plus de 40 camions, parmi lesquels 10 véhicules hybrides sont équipés d’un réservoir GNL et d’un petit réservoir diesel, et 5 utilitaires roulent à 100% au gaz naturel.

 

“Alors que le prix du diesel n’a cessé d’augmenter, celui du gaz est resté beaucoup plus stable.”
Filip De Dijcker
Managing Director d’ADPO

Les véhicules au gaz sont prioritairement employés pour les moyennes distances, précise Filip De Dijcker. “Nous obtenons le meilleur rendement à partir de distances supérieures à 100 km. Jusqu’à tout récemment, nous avions toujours besoin d’un camion hybride pour obtenir la puissance nécessaire. Mais nos cinq camions au GNL sont de la dernière génération et se montrent aussi puissants que leur variante au diesel.” La seule chose qui puisse encore être améliorée, c’est le nombre de stations-service au GNL. Notre pays n’en compte que 12, même si leur nombre devrait progresser. “Le prix d’achat constitue également un frein: un camion au GNL coûte facilement 20% de plus qu’un camion au diesel, même si les pouvoirs publics offrent une prime.”

Le CNG pour les PME

“Imaginez que toutes les entreprises roulent au CNG. L’impact sur l’environnement serait énorme!”
Hinde Boulbayem
fondatrice de SUMY

Le gaz peut représenter une option intéressante pour les PME. La société bruxelloise SUMY s’est spécialisée dans la logistique et le transport durable de produits alimentaires dans les zones urbaines. Elle livre ces produits dans tout le pays, notamment dans les restaurants et les hôpitaux. Le transport se fait entièrement avec des véhicules frigorifiques roulant à 100% au gaz, indique sa fondatrice, Hinde Boulbayem. “Nos camions CNG sont moins bruyants, moins polluants et émettent moins de particules cancérigènes que leurs homologues roulant à l’essence. Depuis notre création en 2013, nous avons parcouru 2 millions de kilomètres avec du CNG et livré plus de 3 millions de colis. Cela nous permet de réduire drastiquement notre empreinte écologique et celle de nos clients. Imaginez l’impact sur l’environnement si toutes les entreprises roulaient au CNG!”

Pas d’électricité

Part de marché des véhicules au gaz en Europe ©DOC

Pour SUMY, les véhicules électriques n’étaient pas une option à cause du poids des batteries, qui entame d’autant la capacité de chargement des fourgonnettes. “Et nous limiter au maximum les risques de panne des systèmes de réfrigération”, poursuit Hinde Boulbayem. “Le risque de défaillance est plus important avec les voitures électriques, à cause de possibles problèmes de batteries. Nous avons donc choisi le CNG pour éviter tout gaspillage alimentaire. Nous trouvions aussi intéressant que le ‘total cost of ownership’ d’un petit camion réfrigérant soit inférieur à celui de sa variante électrique. La différence par rapport aux moteurs classiques n’est pas particulièrement marquée.”

Évolution

Evolution des véhicules au gaz ©DOC

Ces atouts devraient encore accroître la popularité des véhicules au gaz, estime Didier Hendrickx. “À l’horizon 2030, l’Europe devrait compter 100.000 camions au GNL et 12 millions de véhicules CNG. La même tendance s’observe sur les autres continents dans le transport de fret et de personnes. En Chine, qui doit faire face à d’importants problèmes de pollution de l’air, plus de 250.000 camions roulent déjà au GNL. C’est une évolution qu’on ne peut plus ignorer.”

Dans un proche avenir, le marché s’attend à de nouveaux avantages sur le plan environnemental grâce aux véhicules hybrides CNG/électricité et à l’augmentation de la production de bio-CNG. “Tous les véhicules au CNG et au GNL sont déjà compatibles avec le biométhane, dont les émissions de CO2 sont proches de zéro”, avance Didier Hendrickx. “Les entreprises pourront bientôt faire le plein dans des stations offrant à la fois du bio-CNGet du bio-GNL. Le gaz deviendra alors encore plus intéressant pour les entreprises et les pouvoirs publics qui doivent atteindre des objectifs climatiques individuels ou sectoriels.”

Check-list: 7 raisons de choisir le GNC/GNL
  • Pas d’accises à la pompe.
  • Économie d’au moins 33% par km avec le GNC par rapport au diesel.
  • Plus de 100 communes belges roulent aujourd’hui au CNG.
  • D’ici à 2030, l’Europe devrait compter 10.000 stations-service au GNC.
  • Réduction de 20% des émissions de CO2, et jusqu’à 100% avec du bio-GNC ou bio-GNL.
  • Les véhicules roulant au GNC/GNL restent les bienvenus dans les zones de basses émissions.
  • Ouverture prévue en Belgique de 50 nouvelles stations-service au GNC d’ici au début de 2021.

Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.