Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Aucun investisseur ne peut rester absent de Chine

Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer, BNP Paribas Fortis ©Tineke De Vos

Malgré son potentiel, la Chine demeure éloignée de nombreux portefeuilles de placements. Pourtant, aucun investisseur ne peut se permettre de snober l’Empire du Milieu.

La Chine incarne dorénavant une grande puissance technologique. “On peut voir l’innovation comme une table sur laquelle on a disposé tous les outils, études, technologies et éléments possibles”, avance Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer chez BNP Paribas Fortis. “Autour de cette table prennent place les scientifiques, universitaires et inventeurs les plus brillants. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la plus grande table d’innovation se situe aux États-Unis. Or, on trouve désormais la même table en Chine. Aucun investisseur ne peut se permettre de ne pas être assis à l’une d’entre elles.”

La Chine abrite par ailleurs une énorme population de 1,4 milliard de personnes, dont une grande partie doit encore émigrer de la campagne vers la ville. De quoi doper la consommation intérieure. L’urbanisation fera également progresser la richesse, en élargissant la classe moyenne. “C’est pourquoi les secteurs les plus intéressants pour ceux qui veulent investir en Chine sont les biens de consommation et la technologie. Ce sont les deux moteurs de la croissance.”

La guerre commerciale est avant tout une lutte pour la prépondérance technologique.
Philippe Gijsels
Chief Strategy Officer, BNP Paribas Fortis

La guerre commerciale qui oppose la Chine aux États-Unis fait hésiter les investisseurs. Toutefois, ceux qui attendent que le conflit soit résolu pourraient rester très longtemps sur le banc de touche. “La guerre commerciale ne se joue pas sur le soja ou les déficits commerciaux: il s’agit avant tout d’une lutte pour la prépondérance technologique”, prévient Philippe Gijsels. “La croissance sans équivalent de la Chine inquiète les Etats-Unis. Un tel conflit laisse peu de marge pour le compromis. Il pourrait donc durer des années.”

Investir en Chine

Comment se positionner pour exploiter au mieux le potentiel de la Chine? De nombreux investisseurs optent pour des actions d’entreprises européennes ou américaines qui réalisent une part de leur chiffre d’affaires en Chine.“Mais les entreprises qui profitent pleinement de la croissance chinoise sont finalement peu nombreuses, parce que le marché demeure assez fermé”, nuance Philippe Gijsels. “Pour l’instant, ce sont surtout des producteurs de biens de luxe et de matières premières.”

Les fonds d’investissement représentent une stratégie populaire pour miser sur le potentiel chinois.
Philippe Gijsels
Chief Strategy Officer, BNP Paribas Fortis

Les fonds d’investissement représentent une stratégie populaire pour miser sur le potentiel chinois. Il peut s’agir de fonds passifs, qui répliquent un indice boursier. “Dans ce cas, on achète également l’ancienne Chine, et notamment des entreprises d’État qui ne sont maintenues en vie que pour préserver l’emploi”, alerte Philippe Gijsels. C’est pourquoi il est préférable d’opter pour des fonds à gestion active. Les frais sont un peu plus élevés, mais les gestionnaires peuvent se concentrer sur la partie économiquement intéressante du pays. Le gestionnaire de fonds peut aider son client à y voir plus clair.

Ceux qui disposent de fonds suffisants, enfin, peuvent investir directement dans des entreprises chinoises non encore cotées en Bourse, et ce, via des fonds de private equity. “Ces entreprises recèlent un énorme potentiel de création de valeur”, conclut Philippe Gijsels.

L'industrie chinoise ne va pas entrer en récession

L’indice PMI des directeurs d’achat compte parmi les principaux indicateurs de la santé industrielle d’une économie. Un indice PMI qui reste sous la barre des 50 points est un signe de récession imminente. Depuis la contraction économique de 2018, la Chine parvient à éviter de nets replis.

De marché émergent à économie mature

La croissance du PIB a nettement ralenti ces dernières années. L’époque des taux de croissance de 14% et plus est révolue: la croissance fluctue plutôt autour de 6%. C’est un signe que la Chine est en pleine transition, et qu’il s’agit désormais moins d’un marché émergent que d’une économie plutôt mature.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité