Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Les actifs asiatiques offrent des revenus potentiels de long terme assez élevés"

©Shutterstock

Un rendement potentiel supplémentaire tout en abaissant le risque global du portefeuille: le private equity asiatique – et notamment chinois – est devenu un must pour tout investisseur occidental, estime Stuart Schonberger, Managing Director de CDH Investments.

Pourquoi est-il intéressant, pour les investisseurs en gestion de patrimoine, de se tourner vers le private equity (PE) asiatique? Et quelle place lui réserver dans un portefeuille?

Une stratégie d’investissement élaborée comporte une partie d’actifs plus ren tables, tout en se ménageant une marge de sécurité pour les phases où les marchés traversent des turbulences. Le PE contrebalance la présence d’actifs plus volatils. Et au sein de cette classe, les actifs asiatiques permettent d’obtenir des revenus potentiels de long terme assez élevés, peu corrélés aux investissements PE dans les économies plus matures. On obtient donc un rendement supplémentaire tout en abaissant le risque global. Il est important de confronter en permanence ces investissements à l’ensemble de votre portefeuille et de tenir compte de votre profil d’investisseur.

Comment conseillez-vous d’approcher le marché asiatique du private equity?

Le marché du private equity chinois s'est ouvert aux investisseurs internationaux.
Stuart Schonberger
CDH Investments

©RV/DOC

Les économies asiatiques comptent parmi les plus dynamiques de la planète: des marchés énormes englobant le tiers de la population mondiale, des entreprises innovantes… Ces actifs peuvent cependant s’avérer moins liquides, moins transparents, moins efficacement régulés. Le risque de change ne doit pas non plus être négligé. C’est pourquoi je recommande aux clients en Wealth Management de faire appel à des gestionnaires très qualifiés, qui ont démontré leur capacité à trouver du rendement au fil des cycles économiques. Cela implique soit d’aller les évaluer sur place, soit de recourir à des spécialistes aguerris et disposant d’équipes installées en Asie.

CDH Investments travaille sur le marché du PE chinois depuis près de 30 ans. Comment l’avez-vous vu évoluer?

Ce marché s’est ouvert aux investisseurs internationaux. Seules quelques restrictions subsistent, par exemple pour les assurances et les services financiers, accessibles uniquement via des fonds locaux libellés en renminbi. Pour les large caps (qui pèsent de 100 millions à plus de 10 milliards de dollars de capitalisation), le marché du PE se rapproche des marchés matures. Les secteurs liés à l’internet, aux Big Data, au commerce, à la logistique, à l’éducation, à la santé et plus largement aux biens de consommation fournissent l’énorme marché intérieur chinois, ce qui les préserve assez efficacement des retournements de conjoncture globaux.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité