Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Private equity: une classe d'actifs atypique

Serge Langhendries, Head of Private Equity, BNP Paribas Fortis Wealth Management ©© Frank Toussaint

Investir dans des fonds de private equity présente deux avantages: les rendements à long terme dépassent en moyenne de 3% ceux de la bourse, et c'est une façon efficace de diversifier son portefeuille.

S’il peut être intéressant d’investir dans le capital de sociétés non cotées, ce type de placement ne convient pas à tout le monde. Le seuil d’entrée dans un fonds de private equity se situe aux alentours de 5 millions d’euros. “Nous regroupons les investissements de nos clients, ce qui abaisse le seuil individuel à 250.000 euros”, nuance Serge Langhendries, Head of Private Equity chez BNP Paribas Fortis Wealth Management. Les clients en Wealth Management disposent d’un patrimoine supérieur à 5 millions d’euros, investissent à long terme et peuvent se permettre de prendre certains risques.

3 à 4 %
pourcent
Le rendement du private equity est en moyenne supérieur de 3 à 4% à celui des actions cotées en Bourse.

“Le rendement des investissements en private equity est en moyenne supérieur de 3 à 4% à celui des actions cotées en Bourse”, poursuit Serge Langhendries. Un succès observable à nouveau ces dernières années, où les rendements affichés se sont avérés excellents. Le private equity compte parmi les rares classes d’actifs qui affichaient encore des rende-ments supérieurs à 10% après la crise financière.

Ces résultats remarquables s’expliquent en partie par l’influence de ces fonds sur les sociétés dont ils sont acti-onnaires. Ils utilisent en effet leur savoir-faire pour aider les entreprises de leur portefeuille. C’est somme toute logique, sachant que leur objectif n’est ni plus ni moins de revendre leur participation trois à six ans plus tard avec une belle plus-value.

Au fil des années, le private equity a atteint sa maturité en tant que classe d’actifs. “Dans les années 80, il s’agissait surtout d’investissements de quelques investisseurs privés et banquiers d’affaires dans les technologies de pointe, mais aujourd’hui, le marché s’est professionnalisé et diversifié”, apprécie Serge Langhendries. Le nombre de gestionnaires de fonds et le montant des actifs gérés augmentent à vue d’œil.

Critères de sélection uniques

La sélection des fonds et des gestionnaires joue un rôle crucial. “Nous ne travaillons qu’avec les meilleurs fonds”, assure le spécialiste de BNP Paribas Fortis Wealth Management. Les fonds sont élaborés selon des critères géographiques ou thématiques.  Pour la sélection des fonds, Serge Langhendries fait appel au réseau in-ternational de BNP Paribas qui investit en private equity pour ses clients fortunés depuis 1998.

“Notre réputation, notre envergure, notre réseau international et notre équipe d’experts nous ont permis d'obtenir de beaux résultats. Cette présence internationale nous confère une position unique sur le marché belge et nous ouvre les portes des meilleurs fonds”. Et c’est payant. Serge Langhendries et son équipe ont vu le nombre de leurs clients doubler ces cinq dernières années.

La fin du mythe du “corporate raider”

Le gestionnaire sué-dois de private equity EQT souhaite mettre fin au mythe du “cor-porate raider” impitoyable. Son enquête porte sur le devenir des sociétés après la cession de ses participations. EQT a été créé dans les années 90 par la célèbre famille suédoise Wallenberg, qui s’est bâti une solide réputation en matière d’entrepreneuriat socialement res-ponsable. “Nous savions déjà que les entreprises s’amélioraient lorsqu’EQT devenait actionnaire”, écrit son CEO, Thomas von Koch, dans l’étude ‘Five years post exit study’. “Nous voulions savoir comment les entreprises évoluaient après qu’EQT eut revendu sa participation.”

Sa conclusion: le chiffre d’affaires augmente en moyenne de 9%, le cash-flow opérationnel de 6% et les effectifs de 8%. “Contrairement aux mythes sur l’attitude prédatrice des fonds de private equity, EQT se comporte comme un action naire engagé qui apporte une valeur ajou-tée durable aux entreprises, y compris après la cession de sa participation”, observe Serge Langhendries, Head of Private Equity chez BNP Paribas Fortis Wealth Management.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité