Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Tout va bien pour l'instant, mais des nuages s'annoncent à l'horizon"

Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer BNP Paribas Fortis. ©© Frank Toussaint

Le cash et les obligations ne rapportent quasiment plus rien, et l’excellente conjoncture boursière arrive en fin de course. Que doivent faire les clients fortunés de leur argent?

Nous avons posé la question à Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer chez BNP Paribas Fortis, une valeur sûre dans le monde financier. “Pour cette année, nous sommes encore légèrement positifs sur les actions”, indique d’emblée ce spécialiste régulièrement cité dans la presse internationale. “Mais nous recherchons de plus en plus des investissements alternatifs pour nos clients fortunés. Nous nous intéressons surtout aux investissements durables, même si nous ne négligeons pas pour autant l’or, l’immobilier et le private equity.”

Pourquoi regardez-vous positivement les marchés d’actions?

Philippe Gijsels: “Aujourd’hui, le marché haussier s’appuie sur trois piliers. D’une part, nous constatons la plus forte croissance économique mondiale depuis 10 ans et ce, dans toutes les régions. La situation ne saurait être meilleure. Ensuite, les bénéfices des entreprises ont très fortement augmenté en 2017, avec des progressions de 10 à 12% – et l’année 2018 a bien démarré. Enfin, depuis la crise financière de 2008-2009, les banques centrales mènent une politique monétaire très souple, ce qui maintient les taux à un niveau bas et pousse vers le haut la valorisation des actions.”

Cette croissance peut-elle se poursuivre?

Gijsels: “La hausse que nous connaissons actuellement dure depuis près d’une décennie. Les prix des actions ont grimpé en flèche. Je m’attends encore à une hausse modérée en 2018, et peut-être pendant une partie de l’an prochain. Ensuite, c’en sera fini du beau temps. La plupart des analystes sont du même avis. Le seul problème, c’est que personne ne sait quand la situation basculera.”

Quels seraient les signes annonciateurs de la fin de la période de hausse?

Gijsels: “Après des années d’injections massives de capitaux, les banques centrales referment lentement les robinets. Les taux vont donc à nouveau s’apprécier. S’ils montent trop brutalement ou trop lentement, le marché pourrait réagir violemment. Un autre facteur est à rechercher du côté du locataire de la Maison-Blanche. Je ne crois pas qu’il déclenchera une guerre commerciale, mais avec Donald Trump, tout est possible. Et les marchés n’aiment pas l’incertitude.”

La principale tendance que nous observons chez nos clients fortunés est la demande d’investissements socialement responsables.
Philippe Gijsels
Chief Strategy Officer chez BNP Paribas Fortis

Comment les investisseurs fortunés doivent-ils réagir face à ce manque de sécurité?

Gijsels: “Nous nous situons dans une phase du cycle où les choses vont encore bien, mais quelques nuages apparaissent à l’horizon. La prudence est dès lors de mise si l’on investit en actions. En outre, le cash et les obligations, qui sont traditionnellement des investissements refuges, ne rapportent quasiment rien à cause des taux bas. Pour les patrimoines importants, cependant, d’autres solutions sont à la disposition de ceux qui souhaitent investir une partie de leur portefeuille de manière défensive.”

Quelles tendances remarquez-vous dans cette recherche de solutions alternatives?

Gijsels: “La principale tendance que nous observons, en particulier auprès de nos clients fortunés, est la demande d’investissements socialement responsables. Nous pouvons les aider en passant leurs avoirs au crible et en identifiant les domaines où ils pourraient améliorer la durabilité de leurs investissements.”

©Frank Toussaint

Les investissements durables sont-ils encore synonymes de rendements moindres?

Gijsels: “Au contraire! Les études le montrent: les fonds durables affichent en moyenne de meilleurs résultats que leurs concurrents traditionnels. Une entreprise qui respecte l’environnement, qui veille au bien-être de son personnel et qui applique les règles de bonne gouvernance a plus de chances d'obtenir une meilleure rentabilité. BNP Paribas Fortis est aujourd’hui le leader en Belgique des investissements socialement responsables. Les actifs investis dans ce segment sont passés en quelques années de zéro à plus de 10 milliards d’euros.”

Quelles solutions alternatives conseillez-vous à vos clients fortunés pour la partie la plus défensive de leur portefeuille?

Gijsels: “Nous fonctionnons de plus en plus avec un mandat alternatif, ce qui nous permet d’aller plus loin que les seules actions et obligations. Nous conseillons souvent d’acheter un peu d’or comme couverture en cas de baisse boursière. Par ailleurs, certains fonds d’investissement et hedge funds appliquent une stratégie d’atténuation des risques."

"Je citerais également le private equity, qui rapporte en moyenne 3% de plus que la Bourse. L’immobilier, enfin, reste lui aussi intéressant. Qu’il s’agisse d’achats d’immeubles, de placements privés ou d’actions immobilièrescotées. À Londres et à Hong Kong, le marché résidentiel est très tendu, mais en Belgique, le prix de la brique demeure compétitif.”

Le mandat Alternative UCITS

La politique monétaire extrêmement souple de la BCE, caractérisée par des taux bas et donc une rémunération très faible des actifs sans risque, est appelée à perdurer. Cette situation complique considérablement la tâche de nombreux investisseurs.

C’est dans ce contexte que BNP Paribas Fortis Wealth Management a lancé un nouveau mandat de gestion discrétionnaire: le mandat Alternative UCITS.

L’objectif principal du mandat Alternative UCITS est de générer un rendement stable dans le temps, quelles que soient les conditions de marché. Ce mandat peut ainsi éviter de subir les conséquences de la forte volatilité des marchés d’actions et des taux bas actuels. Pour ce faire, il intègre des stratégies alternatives.

Ce mandat est réservé aux clients Wealth Management présentant un profil d’investissement "Balanced". Il est accessible à partir d’un montant minimum investi de 1 million d’euros.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité