Publicité

Dix questions d’argent à Peter De Coensel

©Debby Termonia

Peter De Coensel (54 ans) est responsable de la gestion obligataire chez DPAM. Il évite les actifs volatils. "C’est amusant d’observer le bitcoin, les matières premières et les penny stocks, mais pas d’y investir."

1 De qui avez-vous appris votre principale leçon en matière d’argent?

«Mes parents m’ont appris que l’argent ne devait jamais être une fin en soi. Dans mon éducation, les valeurs qu’on m’a inculquées sont l’honnêteté et l’intégrité. Les arts et la culture étaient aussi très présents. J’ai par exemple chanté pendant huit ans dans une chorale de jeunes, ce qui m’a permis de voyager dans pratiquement tous les coins de la planète. C’est là que j’ai commencé à m’intéresser au monde, un intérêt qui est ensuite devenu une constante dans ma carrière professionnelle.»

"Mon principal souci en matière d’argent? Les initiés qui montrent du doigt ceux qui n’investissent pas."
Peter De Coensel
Responsable de la gestion obligataire chez DPAM

2 Quelle fut la plus grande erreur de votre vie sur le plan financier?

«Je ne pense pas en termes d’erreurs. Ceux qui cherchent à apprendre doivent aussi accepter de tomber et de se relever. Ainsi, j’ai été pendant cinq ans gestionnaire d’un fonds spéculatif pour lequel j’ai d’abord passé trois ans à Paris et ensuite deux ans à Monaco. À un moment donné, mon bureau donnait sur la Méditerranée, certes, mais j’avais l’impression que je ne faisais que spéculer. Je ne semble pas être taillé dans le bois qui permet de spéculer avec succès. Au même moment, j’ai appris ce qu’était une bonne gestion du risque

3 Quelle fut votre meilleure décision en matière financière?

«Ce fut de limiter mon portefeuille personnel. Au niveau professionnel, je suis passionné par les marchés financiers, mais pas dans ma vie privée. Je n’ai pas envie de passer mes rares moments de loisirs à gérer mon propre portefeuille d’investissement. C’est pourquoi mes économies sont réparties entre du private equity, quelques fonds obligataires mondiaux, une partie importante en cash et une assurance groupe. Ce type de portefeuille me donne plus de liberté et moins de soucis.»

4 Y a-t-il des actifs dans lesquels vous n’investissez jamais?

«Je déteste la volatilité. C’est peut-être dans ma nature? Des actifs comme le bitcoin, les matières premières et les penny stocks sont amusants à observer, mais j’évite d’y investir.»

5 Avez-vous appris à vos enfants à investir leurs économies?

«Pas vraiment. Ma fille s’intéresse surtout à l’art et à la culture. Récemment, mon fils de 22 ans a ouvert de sa propre initiative un compte-titres auprès d’un courtier en ligne et il m’a tout de même demandé mon avis. Je lui ai conseillé de commencer par un petit investissement dans un fonds d’actions ou un tracker d’actions. Pour le reste, je ne le contrôle pas et je ne lui ai posé aucune question à propos de son portefeuille d’investissement.»

6 Quel est votre principal souci en matière d’argent?

«Les initiés qui montrent du doigt ceux qui n’investissent pas. Aujourd’hui, une partie importante de l’épargne est investie dans des actions parce qu’il n’y a soi-disant pas d’alternative. Je crains que lors de la prochaine sérieuse correction boursière, les investisseurs ne vendent à nouveau leurs actions dans un moment de panique. C’est chaque fois la même chose. Ceux qui possèdent 250.000 euros en actions peuvent facilement laisser passer l’orage, car ils pourront généralement racheter à bon prix. Mais ce n’est pas le cas d’une personne qui possède un portefeuille de 25.000 euros, car la perte sera souvent plus lourde à supporter. Mais c’est presque tabou d’en parler.»

7 Possédez-vous une résidence secondaire?

«Lorsque nous serons à la retraite, nous aimerions louer une petite maison ou un appartement pendant quelques mois dans de jolies villes ou des endroits intéressants sur la planète. Cela nous permettrait de continuer à découvrir le monde et cela sera certainement moins cher que de débourser disons 500.000 euros pour acheter une résidence secondaire.»

8 Quel est l’achat qui vous a apporté le plus de plaisir?

«C’est la piscine que nous avons fait installer il y a dix ans dans notre jardin. Nos enfants en ont énormément profité. Et nager est pour moi une détente sportive dont je ne pourrais plus me passer.»

9 Quel est le poste le plus important de votre budget familial?

«Si je fais les comptes, les voyages représentent une somme considérable. Nous avons déjà découvert une grande partie du monde, la plupart du temps en famille. Ma fille n’avait que quatre ans lorsque nous sommes allés à Cuba. Et en 2019, nous sommes partis tous ensemble au Pérou.»

10 Qu’aimeriez-vous vous offrir si vous aviez assez d’argent?

«Un voyage dans l’espace. Même si je ne suis pas très aventureux et que je n’aime pas prendre l’avion, j’aimerais tout de même faire un jour un petit tour autour de la Terre.»

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité