Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Nous cherchons en permanence de nouvelles façons de valoriser les métaux”

Jo Vandenbroucke, Group Technology & Innovation Manager chez Nyrstar

Jo Vandenbroucke (51 ans) travaille chez Nyrstar depuis 25 ans déjà. En tant que Group Technology & Innovation Manager, il recherche avec son équipe de nouvelles façons de réutiliser les sous-produits “afin de gaspiller le moins de ressources naturelles possible”.

L’équipe de Jo Vandenbroucke compte six personnes. Ensemble, elles assurent un support technologique à plusieurs sites de Nyrstar dans le monde entier. Chaque membre de l’équipe a sa spécialité. Celle de Jo est l’hydrométallurgie – en d’autres termes, le recours à la voie liquide pour récupérer des métaux.

Un exemple concret? L’entreprise InOpSys recycle depuis des années les eaux résiduelles de Janssen Pharmaceutica et en extrait le zinc. “Ce zinc est ensuite recyclé et réexploité sur notre site”, indique Jo Vandenbroucke.

Mon travail consiste à identifier de nouvelles possibilités circulaires et à transformer les flux de matières résiduelles en produits de grande valeur.
Jo Vandenbroucke
Group Technology & Innovation Manager chez Nyrstar

“En éliminant le zinc de l’eau résiduelle, ce sous-produit ne doit plus être transporté pour être incinéré”, prolonge Steven De Laet, CEO d’InOpSys. “L’extraction de métaux des ‘eaux grises’ n’est qu’une étape. Leur transformation en produit réutilisable et la collaboration avec un partenaire comme Nyrstar sont cruciales si l’on veut rendre possibles le recyclage et le développement d’une économie circulaire.”

“Nous avons déjà récupéré des dizaines de tonnes de zinc. Un des atouts de ce métal est qu’il est recyclable à l’infini. La majeure partie du zinc dans le monde est ainsi réemployée. Le zinc recyclé est une matière première importante, y compris pour Nyrstar.”

Cuivre, argent et or

En tant qu’Innovation Manager, Jo Vandenbroucke est constamment en quête de nouvelles façons de valoriser les métaux traités chez Nyrstar. “Parmi nos matières premières, on trouve la quasi-totalité du tableau périodique (la liste de tous les éléments chimiques, NDLR). Nous avons surtout besoin de zinc, que nous extrayons en appliquant des techniques diverses. Les matériaux résiduels peuvent être une matière première pour d’autres applications ou pour le processus de production d’autres entreprises.”

Dans le processus de production de Nyrstar, on trouve des matières premières très recherchées par les fabricants de voitures électriques et de batteries.
Jo Vandenbroucke
Group Technology & Innovation Manager chez Nyrstar

Comme le plomb qui, après avoir été extrait par Nyrstar, passe à la fois par ses propres fonderies et par des fonderies externes. Il en va de même pour le cuivre, l’argent, l’or et le cadmium.

Dans le processus de production de Nyrstar, on trouve également du manganèse, du cobalt et du nickel, des matières premières très recherchées par les fabricants de voitures électriques et de batteries. C’est l’une des raisons pour lesquelles Nyrstar étudie la façon d’intégrer ces matériaux dans un modèle renouvelable.

Faisabilité économique

“Une de nos tâches principales consiste à identifier de nouvelles possibilités circulaires et à transformer les flux de matières résiduelles en produits de grande valeur”, conclut Jo Vandenbroucke. “En n’oubliant pas l’écologie, la durabilité, l’efficacité énergétique et, bien entendu, la faisabilité économique.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.