Cadre royal pour le sommet Asem

La Régie des bâtiments a investi 2 millions d’euros pour rénover le Palais royal.

Strass et paillettes au Palais royal… Hôte du sommet Asie-Europe (Asem) qui doit s’ouvrir ce lundi à Bruxelles, le gouvernement fédéral a décidé de mettre les petits plats dans les grands pour recevoir les chefs d’États. Question de visibilité! Le sommet de l’Asem est en effet le plus grand événement organisé dans le cadre de la présidence belge de l’Union européenne, qui a commencé en juillet et s’achèvera le 31 décembre.

C’est donc ni plus ni moins que le Palais royal qui a été réquisitionné pour accueillir les invités de marque tels que le Premier ministre chinois Wen Jiabao et son homologue japonais Naoto Kan.

Si le bâtiment est prestigieux et chargé d’histoire, il n’en demeure pas moins âgé de près de 200 ans. Un âge respectable qui lui a donné quelques rides. Propriété de l’État belge, le Palais royal, tout de même construit en 1815 pour le compte du roi Guillaume 1er des Pays-Bas, a donc fait l’objet d’un rafraîchissement minutieux dont le coût est estimé à 2 millions d’euros. Et, à l’initiative du Roi Albert II, la Liste civile a également consacré 600.000 euros aux travaux de rénovation.

Un an de travaux

Le vaste chantier a débuté en août 2009. Une quinzaine de corps de métiers se sont succédés pendant plus d’un an. C’est la Régie des Bâtiments qui a supervisé les travaux. Et visiblement, rien n’a été oublié pour redonner au lieu son lustre d’antan et permettre à la quarantaine de chefs d’État et de gouvernement de passer une agréable réunion.

La principale salle de réunion a été aménagée dans la salle du Trône, où ont également été installées des cabines d’interprétation et dont les lustres de bronze ont été équipés de nouvelles lampes à LED, dans un souci d’économie d’énergie.

Deux tapisseries de Goya ont été restaurées. Et les délégations des 48 pays de l’Asem évolueront sous des plafonds et moulures restaurés et redorés pour l’occasion au milieu du couloir aux Princes. Plusieurs salons du premier étage ont notamment été réservés pour les délégations étrangères en tant que lieu de réunion et espace de travail. Il s’agit, entre autres, du salon Goya, du salon Cobourg, du couloir menant à l’escalier de Venise, de la salle de musique, du salon Louis XVI, du salon aux Pilastres, du salon des Maréchaux, des trois salons longeant le couloir aux Princes, etc.

"Une attention particulière a été accordée à la restauration du parquet, des salons historiques et des peintures ainsi qu’au renouvellement des installations électriques (câbles et lustres). Les installations sanitaires ont, en outre, été modernisées et les grandes grilles d’accès à la place des Palais ont été restaurées et redorées", explique la Régie des bâtiments.

Tatillonne, la Régie a même prévu une "lutte contre les pigeons dans la cour de service". Fidèle à sa devise "respect du client, flexibilité et efficacité", la Régie des bâtiments s’est par ailleurs engagée à retraiter les parquets à la fin du sommet.

C’est donc dans un écrin tout neuf que le roi Albert II pourra accueillir ses invités. Le souverain les a également conviés à une réception le lendemain à midi au même endroit. Quant à la reine Paola, elle fera visiter aux conjoints des chefs d’État et de gouvernement présents le domaine de Laeken et ses célèbres serres royales datant de la fin XIXe. Le président sud-coréen Lee Myung-Bak et son épouse auront même l’occasion de dîner avec le couple royal à Laeken.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés