Les ressources invisibles de l'architecture

Au dégel, les stûpas de glace de Sonam Wangchuck rendent 15 millions de litres d’eau pour l’agriculture. ©Ice Stupa Project

Un beau livre présente les 5 projets architecturaux primés aux 11e Global Awards pour le développement durable. À l’heure de tous les défis pour la planète, une mine d’inspiration pour la résilience du bien commun.

L’architecture ne se réduit pas à l’agencement de formes et de matières pour la réalisation d’un "produit" ou même d’un "objet architectural". Le 11e Global Award for Sustainable Architecture, créé en 2007 par l’architecte Jana Revedin avec la Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris), atteste au contraire des voies nouvelles et radicales qu’emprunte l’architecture quand elle se met au service de la société. Ce concours stimulant, qui porte son attention sur l’expérimentation, les pratiques innovantes, la transdisciplinarité, se propose chaque année d’éclairer un aspect ciblé de la pratique architecturale et révèle, progressivement, une avant-garde internationale.

MacKay-Lyons Sweetapple Architects Limited

L’édition 2017 portait sur "les ressources invisibles de l’architecture": les communautés, les flux, le dialogue interdisciplinaire, les sens, la résilience,… sont d’authentiques paramètres de créativité. Les cinq lauréats – Tezuka Architects (Japon), Sonam Wangchuk (Inde), Assemble (Angleterre), Mackay Lyons & Sweetapple Architects (Canada) et Paulo David (Portugal) proposent une riche diversité de constructions, en milieu urbain ou dans les territoires, et dans toutes les catégories: habitations, clinique, musée, centres d’apprentissage, piscines d’eau de mer, cinéma fabriqué à la main,… Réalisations qui rivalisent d’inventivité dans l’art de lire un lieu et d’épouser les aspirations d’une communauté: c’est par sa contribution sociétale, plutôt que par sa construction, qu’une architecture est bonne. Exemples?

Paulo David

Transgresser les limites

L’école maternelle Fuji (Tokyo) des Tezuka, avec son "Anneau autour d’un arbre" (sept étages de planchers entourant un vieil arbre), traduit dans l’espace les réflexions pédagogiques d’experts en éducation alternative. Renversant les classiques "scénarios de vie" et les standards de l’éco-construction, ce projet illustre de plus la priorité qu’ils accordent au corps, à la nature et surtout à la vie collective – dégradée par la société industrielle. Aussi poétique que scientifique, leur pratique puise dans la biologie, les sciences sociales ou les neurosciences.

Tezuka Architects

Sonam Wangchuck est diplômé en génie mécanique. Ce bioclimaticien construit avec la terre et le soleil de l’Himalaya. Il œuvre en agronome, physicien, pédagogue,… Pour résoudre la sécheresse qui, du fait du réchauffement climatique, frappe les villages du Ladakh, il a inventé les stûpas de glace: en hiver, l’eau issue de la fonte des glaces (du fait des rayons solaires) est récupérée en contrebas sous forme d’un geyser vertical. Sous l’effet du froid, cette pluie se condense peu à peu en un glacier qui peut atteindre 30 mètres de haut. Dès le dégel printanier, il dispense jusqu’à 15 millions de litres d’eau pour l’agriculture.

Sonam Wangchuk

Le collectif Assemble est né de l’ennui qu’éprouvaient une quinzaine de jeunes architectes dans leurs universités ou agences, dédiées à l’architecture "bankable" et globalisée. Après avoir initié divers happenings dans les ruines et les interstices d’un Londres inégalitaire, le collectif se voit confier, par une association de citadins acharnés, la restauration des restes d’un vieux quartier ouvrier de Liverpool, voué aux bulldozers de l’immobilier: "Granby four Streets", réparation sociale autant que sauvetage patrimonial, s’est déployé en coproduction avec les habitants, générant formations et création d’emplois.

Assemble

Le livre, clair et richement illustré, raconte la démarche, chaque fois unique, de ces magnifiques lauréats. Il prouve que l’architecture est d’autant plus créative et signifiante qu’elle renverse les murs du métier en direction de l’invisible – le bien commun.

Revedin et Contal, "Sustainable design 6. Vers une nouvelle éthique pour l’architecture et la ville", éd. Alternatives, 2018, 160 p. global-award.citedelarchitecture.fr

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect