Les films à voir absolument en 2018

Avec 4 Golden Globes, dimanche soir, "Les panneaux de la vengeance" ("Three Billboards") est LE film à voir cette semaine. ©rv doc

Voici que se profile une année particulièrement alléchante pour le cinéphile. Avec les habituelles suites, recettes toutes faites et autres blockbusters efficaces en provenance d’Hollywood. Mais pas que…

1. Les vieux chaudrons

Cette année, le Maître Spielberg ne nous livre pas un mais carrément deux longs-métrages: le très classique "Pentagon Papers" avec rien moins que Meryl Streep en patronne du Washington Post, et Tom Hanks en rédacteur en chef. Dans une ambiance entre "Network" et "Les Hommes du Président", publieront-ils les documents classés top secret sur la responsabilité de l’Amérique d’avoir créé une guerre au Vietnam?

Pentagon Papers

Avec "Ready Player One", Spielberg change radicalement de style. 2045: le monde a basculé dans la grisaille et le chaos. Il reste l’Oasis, un monde virtuel où chacun se réfugie. Histoire de changer d’air, et de trouver l’œuf de Pâques dissimulé quelque part, et qui pourrait rendre le joueur milliardaire… Images de synthèse à gogo, action, aventure, et monde désillusionné par le virtuel comme seul refuge: Spielberg revisite les thèmes de "Minority Report" et de "A.I., Intelligence Artificielle".

Ready Player One

Clint Eastwood, lui, continue avec ses adaptations tirées de faits réels avec "Le 15h17 pour Paris". Après l’atterrissage sur l’Hudson ("Sully") et le retour difficile des héros de guerre ("American Sniper"), le voici qui prend le train Bruxelles-Paris. Pas n’importe lequel: celui du 21 août 2015. Trois jeunes Américains (un étudiant, deux militaires) vont neutraliser le terroriste, sa kalachnikov et ses neuf chargeurs pleins. Pour plus de crédibilité, Eastwood caste… les trois vrais amis d’enfance. Il tourne en conditions réelles, dans le vrai Thalys, la gare d’Arras, etc.

Le 15h17 pour Paris

Quant à Woody Allen, avec "Wonder Wheel", il reconstitue le Coney Island des années 50 et convoque Kate Winslet en starlette sur le retour, reconvertie en tenancière de bar (en proie à des hommes de la mafia, bien évidemment).

Wonder Wheel

2. Les éternelles suites

Comme chaque année, nous aurons droit aux suites, prequels, sequels et autres déclinaisons… Pour le pire, mais aussi pour le meilleur. Au programme: "Jurassic World: Fallen Kingdom". Le volcan se réveille, il faut donc sauver les dinosaures restant sur Isla Nubar, car laisser mourir un animal, même féroce, c’est mal…

Jurassic World: Fallen Kingdom

"Pacific Rim: Uprising". On était resté avec sur les bras les sinistres Kaiju (créatures extraterrestres monstrueuses et géantes). Heureusement les Jaegers (robots géants pilotés par les humains qui semblent jouer à la Wii) n’ont pas dit leur dernier mot!

Pacific Rim: Uprising

"Les Tuche 3": voici la famille de Ch’tis la plus populaire de France qui, sur un amusant malentendu électoral, va se retrouver à l’Élysée pour 5 ans. Après le million et demi d’entrées du 1, et les 4,5 du 2, ce troisième opus devrait cartonner. Ou pas?

Les Tuche 3

Heureusement, les suites peuvent aussi augurer du meilleur. On attend avec impatience "Les Indestructibles 2". Alors qu’Elastic Girl part sauver le monde, Mr. Indestructible se retrouve à devoir gérer des problèmes encore plus sensibles: les tâches liées à la vie quotidienne d’une famille…

Les Indestructibles 2

Dans le même registre jubilatoire: le reboot de "Mary Poppins", avec Emily Blunt dans le rôle-titre, est prévu pour fin décembre 2018.

3. Les vrais bons films

On attend beaucoup du cinéma US indépendant. Avec par exemple: "Thee Florida Project", une plongée dans l’Amérique blanche et pauvre. C’est l’été et Moonee, 6 ans, zone avec sa bande de copains aux abords d’un motel, à deux pas de… Disney World. Avec Willem Dafoe en guest star.

Thee Florida Project

Avec "My Wonder Woman", on entre dans l’univers trouble, sexuel, limite bondage, de William M. Marston, le papa de Wonder Woman. Être une femme libérée (dans l’Amérique des années 50), c’est pas si facile. Être son créateur non plus.

"A Ghost Story" est un film réalisé avec moins de 100.000 dollars – même pas le budget cantine d’un film hollywoodien! L’histoire d’une jeune veuve qui voit revenir son mari sous la forme d’un fantôme avec drap blanc sur la tête? Vous y croyez, vous? Vous feriez bien, car c’est un succès surprise aux USA. Avec dans les rôles principaux Rooney Mara et Casey Affleck (Oscar 2017), quand même.

A Ghost Story

Restons dans le registre fantastique avec le génial Guillermo del Toro. Dans "The Shape of Water", une modeste préposée au nettoyage, muette qui plus est, va entrer en contact avec une étrange créature aquatique retenue prisonnière par le gouvernement dans le cadre d’expériences ultra-secrètes. Mais les damnés de la terre (et de l’eau) vont s’unir…

The Shape of Water

Comme tous les films inspirés par la vie de Jésus, "Marie Madeleine" risque de défrayer la chronique. C’est Joaquin Phoenix (Prix d’interprétation à Cannes en 2017) qui revêt les frusques du fils de Dieu. Rooney Mara endosse celles d’une fille de mauvaise vie, Marie. Mais comme le lui dira Jésus: plus la route est ardue, plus le voyage est beau…

Marie Madeleine

Citons encore deux films qui risquent de s’inviter dans la course aux Oscars: "Phantom Thread", le nouveau Paul Thomas Anderson, avec un certain Daniel Day Lewis en styliste britannique phare des années 50, mais tourmenté par les affres de la création…

Phantom Thread

Sans oublier le très intrigant "Le jour de mon retour" avec Colin Firth dans le rôle – véridique – de Donald Crowhurst, cet homme d’affaires anglais qui se lança en 1968, sans expérience, dans un tour du monde à la voile et en solitaire…

Le jour de mon retour

4. Et la France?

Épinglons trois comédies très attendues: le nouveau Laurent Tirard ("Le petit Nicolas"), avec Jean Dujardin: "Le Retour du Héros". Le capitaine Neuville revient des guerres (napoléoniennes). Sa belle-sœur (Mélanie Laurent) a écrit à sa place. À présent, il n’a plus qu’à être à la hauteur des lettres. Entre Cyrano et Martin Guerre, une farce qu’on nous promet enjouée.

Le Retour du Héros

Le nouveau Jean-Pierre Améris ("Les émotifs anonymes"), avec Éric Elmosnino et Ari Abittan, "Je vais mieux". Auréolé par le prix du Festival de comédie de Liège, la chronique hilarante d’un homme qui souffre du dos "pour raisons psychologiques". Mais que faire pour aller mieux: changer de famille, de métier, de personnalité?

Je vais mieux

Last but not least, Dany Boon qui nous revient avec un film qui recycle son fonds de commerce, mais avec ironie. Dans "La Ch’tite famille", il incarne un designer en vogue prêt à exposer ses œuvres conceptuelles au Palais de Tokyo. Mais personne ne sait que pour accéder au monde parisien des élites culturelles et sociales, il a dû mentir sur l’infamie de ses origines "Hauts-de-France".

La Ch’tite famille

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content