1

Maladie d'amour

Eili Harboe dans le rôle de Thelma: une étudiante aux pouvoirs surnaturels. ©rv doc

Peut-on réaliser un film qui brise les codes, en mêlant à la fois le genre (fantastique), le film d’auteur, l’histoire d’amour (lesbien)? Le génie norvégien Joachim Trier répond par l’affirmative…

Il y a 6 ans, un petit film scandinave attirait l’attention du Festival de Cannes, puis celle des cinéphiles. Dans "Oslo, 31 août", Joachim Trier revisitait "Le feu follet" de Pierre Drieu la Rochelle. Un suspense de plus en plus dense escortait cette déambulation nocturne d’un toxicomane.

"Thelma"

Note: 4/5

De Joachim Trier avec Eili Harboe, Okay Kaya, Ellen Dorit Petersen…

C’est le même ressort dramatique puissant qui prévaut à "Thelma": chaque séquence est mise en scène avec une distanciation à la fois froide et impliquante, comme si notre vie était inexorablement liée à la destinée du héros, ici héroïne.

La jeune et jolie Thelma, issue d’une famille très pratiquante de la côte ouest de la Norvège, débarque à l’Université d’Oslo. Là, elle tombe sous le charme de la belle Anja. Mais bientôt des crises d’épilepsie spectaculaires se font jour: comme si l’expression freudienne de son inconscient ne pouvaient trouver d’autres échappatoires. Peu à peu, Thelma se rend compte que ces crises ne sont pas le signe de problèmes de santé, mais bien l’expression d’une partie de sa volonté. Et si ses frustrations pouvaient infléchir le réel?

Ce film fait éclater les cloisonnements, non seulement entre les thématiques, mais aussi entre leurs possibles traitements au cinéma.

Le thème est d’une richesse folle: traumatisme dans l’enfance, mauvaise conscience, obscurantisme religieux, traces de l’éducation, caractère libératoire de l’université… Tout cela se conjugue dans un film qui fait éclater les cloisonnements, non seulement entre les thématiques, mais entre leurs possibles traitements au cinéma.

On se rapproche à la fois du De Palma de "Carrie", et de certains films d’Hitchcock, le tout agrémenté d’une riche sauce freudienne. Car il est bien connu que les maîtres du suspense ont toujours été fascinés par la psychose en tant que meilleur indice de qui nous sommes, sous la surface des apparences…

Thelma - Bande annonce

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content