Soupçons de fraude sociale autour du Festival du film de Mons

©BELGA

Le Festival du film d’amour de Mons est annulé, le président du PS parle d’une catastrophe et pointe du doigt l’opposition mais aussi la presse. Mais il faut aussi savoir qu'une enquête sur des soupçons de fraude sociale concerne le festival...

Le cœur du Festival International du Film d’Amour (FIFA) de Mons ne battra pas en 2018. C’était la teneur, implacable, de l’annonce faite mardi soir par le conseil d’administration de l’ASBL organisatrice, présidée par Elio Di Rupo et pilotée par André Ceuterick. Une plongée en coma artificiel temporaire (le festival reviendra en 2019) comme pour mieux calmer le jeu après trois mois de révélations et dénonciations en cascade.

Pourquoi cette annulation? Outre des zones d’ombre au niveau de l’attribution de marchés publics, ce sont surtout les accusations (par courrier anonyme) de harcèlement à l’encontre d’André Ceuterick qui ont bouté le feu, faisant déclarer à la ministre de la Culture Alda Greoli la semaine dernière qu’elle entendait suspendre les subsides du festival jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair. Une décision sur laquelle elle est entre-temps revenue, alors qu’un audit interne a été mené et jugé convaincant. Ceuterick reste en place, pour l’instant.

"C’est médiocre que des politiques montois, Madame De Jaer et Monsieur Bouchez, aient émis leurs opinions sur le dossier alors qu’ils n’ont rien fait pour ce festival que j’ai créé."
elio di rupo
président du ps

Qu’importe. Invoquant des retards engendrés par la polémique, le conseil d’administration a fait savoir qu’il était "matériellement" impossible d’organiser l’édition prévue en février 2018. Une décision derrière laquelle se range le programmateur du FIFA Maxime Dieu, selon qui le temps perdu ces dernières semaines était vraiment crucial. "C’est vraiment au mois de janvier que l’on a la confirmation des films qui vont être programmés", nous explique-t-il.

Mais il faut aussi savoir qu'une enquête de l'inspection sociale de l'ONSS concernant des soupçons de fraude au sein de l'administration de la Province du Hainaut est en cours et concerne le Festival. La Libre Belgique et La Dernière Heure l'expliquent dans leur édition de ce jeudi.

Quel genre d'enquête pour fraude? Le Fifa est concerné par cette enquête et notamment le délégué général André Ceuterick, qui preste comme bénévole pour le Fifa, mais qui est en fait le chef du département cinéma de la Province. "L'inspection sociale vérifie que du personnel provincial n'a pas été affecté à d'autres tâches que celles pour lesquelles elles ont été engagées", explique une source aux quotidiens. " Si l'enquête de l'inspection sociale est concluante, cela voudra dire qu'il y a eu des emplois fictifs et des subsides déguisés."    

 

"Médiocre"

Hier, les regards étaient tournés vers le président du PS. Dans un exercice de communication cadré, Elio Di Rupo a tenu à faire savoir qu’il n’était pas candidat pour endosser l’échec de "son" festival, précisant au passage que l’annulation n’était pas non plus imputable à la question des subsides, les montants en jeu étant minoritaires dans le budget total de l’ASBL. "Nous ne savons pas qui a sali le Festival", a déclaré le mayeur montois, parlant de "catastrophe" pour l’aura de l’événement mais aussi pour l’économie locale. Ce qui ne l’a pas empêché d’inviter tout le monde à suivre son regard, en déclarant:

"Ce qu’il s’est passé est insupportable. Le dossier de la lettre anonyme a été relayé avec beaucoup de bruit par certains médias. C’est médiocre. Et c’est aussi médiocre que des politiques montois, Madame De Jaer (Ecolo) et Monsieur Bouchez (MR), aient émis leurs opinions sur le dossier alors qu’ils n’ont rien fait pour ce festival que j’ai créé."

Directement cité, Georges-Louis Bouchez rit jaune. "On peut tout me faire porter et alors je suis devenu la personne la plus puissante de Mons, ou alors la ficelle est un peu grosse", rétorque le jeune conseiller libéral, suggérant que cette annulation pourrait tout aussi bien poursuivre l’objectif d’éviter de nouvelles révélations en plein festival.

Un rapport complet sur la question, commandé par l’administration Greoli, livrera quant à lui ses conclusions pour la mi-janvier au plus tard, selon le cabinet de la ministre.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content