Publicité

Andra Day dans la peau d'une Billie Holiday aux prises avec le FBI

Andra Day incarne Billie Holiday.

Vous connaissez sûrement l’histoire de Billie Holiday. Pourtant, avec "Billie Holiday, une affaire d’État", le réalisateur Lee Daniels a choisi de nous la raconter sous un angle politique qui sort des sentiers battus.

On ne vous conseillera pas de revoir "Lady Sings the Blues", sorti en 1972 avec Diana Ross, pour le comparer avec "Billie Holiday, une affaire d’État". Bien qu’on y traite de la même légende du blues, Lee Daniels a choisi d’en faire un portrait beaucoup plus politique et historique. En effet, on y voit la chanteuse en véritable victime du FBI et du racisme endémique aux États-Unis. N’ayant cessé de la poursuivre et de la traîner en justice durant ce qu’on a appelé "la guerre contre la drogue", le FBI la poursuivait encore en 1959, quelques jours avant qu’elle ne décède à l’hôpital.

Andra Day, jusque-là connue pour être une chanteuse de r’n’b adoubée par Stevie Wonder, a réussi la gageure d’interpréter Billie Holiday.

Certes, toute la vie de cette artiste a été marquée par son addiction à la drogue et l’alcool mais, ce qui gênait bien davantage chez elle, c’était son titre "Strange Fruit" qui dénonçait explicitement le sort tragique des Noirs dans le sud des États-Unis. Leurs corps pendus aux arbres, leurs yeux révulsés, les restes de leur chair piqués par les corbeaux. Ayant traversé avec succès tout le pays, cette chanson était perçue comme une onde de choc et déclencherait la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains.

Auréolée d’un Golden Globe

Andra Day, jusque-là connue pour être une chanteuse de r’n’b adoubée par Stevie Wonder, a réussi la gageure d’interpréter Billie Holiday, tant dans ses moments de déglingue que dans ses moments de glam’ et de gloire.

Pour ce rôle, Andra Day a décroché le Golden Globe de la meilleure actrice dans le registre dramatique. Elle s’est entraînée avec deux coachs pour assimiler l’accent traînant du sud de son personnage, mais, surtout, elle a dû apprendre à rire comme Holiday, ce qui lui paraissait le plus compliqué.

Le film n’est ni un biopic traditionnel ni un musical et c’est ce qui en fait son attrait.

Le film n’est ni un biopic traditionnel ni un musical et c’est ce qui en fait son attrait. Il laisse aussi une place pour une romance – authentique ou présumée – avec un bel agent fédéral et une amitié lesbienne – avérée – avec l’actrice blanche Tallulah Bankhead.

Fatiguée d’être considérée comme une légende, Billie Holiday avait gardé toujours en elle les traces d’une enfance malmenée et prostituée. Et tant qu’elle a pu se produire sur scène, les feux de la rampe lui auront apporté la chaleur qu’elle n’avait pas connue. Dans ses cheveux, des gardénias cachaient une trace de brûlure.

Bande-annonce "Billie Holiday, une affaire d'Etat"

Drame biographique

“Billie Holiday, une affaire d’État”

Par Lee Daniels

Avec Andra Day, Trevante Rhodes, Tyler James Williams...

À voir à partir du 20 octobre 2021

Note de L'Echo:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés