"Antoinette dans les Cévennes" | La randonnée comme thérapie amoureuse

©doc

Peut-on trouver sa voie, dans les Cévennes, et en compagnie d’un âne? Voici enfin Laure Calamy (la série "10%") dans un premier rôle à sa mesure: drôle, fort, émouvant.

Antoinette, la trentaine bien entamée, est une institutrice passionnée. Passionnée, elle l’est par ses élèves, mais surtout par Vladimir, le père de l’une de ses pupilles. Les fêtes d’école et autres réunions de parents sont le prétexte d’œillades, de sous-entendus, voire de baisers torrides entre deux portes. À la fin de l’année, alors qu’Antoinette a prévu une semaine de vacances avec l’élu de son cœur, Vladimir botte en touche: sa femme a réservé à la dernière minute une randonnée en famille dans les Cévennes avec un âne. Impossible de s’esquiver, au risque d’éveiller les soupçons. Antoinette se résigne. Puis, sur un coup de tête, la voici dans les Cévennes elle aussi. Le bonheur, après tout, ce n’est pas que pour les autres.

Romance / Comédie

"Antoinette dans les Cévennes"

♥ ♥ ♥ ♥

De Caroline Vignal

Avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte…

"J’aime la liberté", nous dit la réalisatrice Caroline Vignal. "Antoinette pose un acte puissant, et c’est une chose relativement rare dans nos vies. Est-ce qu’elle est une grande randonneuse, ou une grande amoureuse? Elle se croit seulement amoureuse, elle va se découvrir randonneuse, c’est-à-dire aventurière. L’acte libre la lance à la conquête du monde, donc d’elle-même."

Le chemin romantique de Stevenson

Cette conquête aura lieu en suivant un chemin mythique, le fameux GR70, plus connu sous le nom de "chemin Stevenson". 1879: nous sommes quatre ans avant "L’île au trésor" et sept ans avant "L’étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde". Après des années d’université et d’errance poétique, le mythique écrivain écossais a 29 ans, et il part seul à travers les Cévennes. Malgré sa santé fragile, il accomplit 230 km en dix jours, qu’il décrira dans ce qui est devenu une bible pour les amoureux de la marche: "Voyage avec un âne dans les Cévennes". Les paysages sont grandioses, mais il s’agit surtout d’un voyage intérieur. Stevenson est tombé amoureux d’une femme plus âgée, mariée, mère d’une fille de 20 ans. Qu’importe. À l’issue du voyage, Stevenson traverse l’Atlantique, puis l’Amérique, et retrouve Fanny Osbourne en Californie. Ils se marient l’année suivante, et ne se sépareront plus jusqu’à la mort prématurée du génie des lettres, 15 ans plus tard.

"J’espère que des milliers de gens ne vont pas se retrouver l’année prochaine sur le chemin Stevenson à cause de mon film."
Caroline Vignal
Réalisatrice

Ce romantisme absolu, c’est bien sûr celui qu’espère vivre Antoinette. "Quelles formes l’amour peut-il prendre?", se demande Caroline Vignal. "Que fait-on pour les bonnes ou les mauvaises raisons? Quelle est la marge où on peut apprendre sur soi? Les réponses à toutes ces questions, c’est bien sûr Patrick qui les a." Ce héros qui répond (parfois) au doux nom de Patrick, c’est… son âne. Celui de Robert Louis Stevenson s’appelait Modestine. L’écrivain raconte toutes les choses fondamentales que l’animal va lui révéler. Antoinette suit le même chemin. Et le film de glisser lentement mais sûrement vers une densité imprévue, bienvenue, salutaire. Il quitte les oripeaux de la petite comédie estivale – bons mots, situations cocasses, paysages – pour nous emmener vers la ronde des sentiments, la difficulté d’être une femme libre aujourd’hui, et ce qui donne un sens à la vie.

"J’espère que des milliers de gens ne vont pas se retrouver l’année prochaine sur le chemin Stevenson à cause de mon film", dit Caroline Vignal. "On peut trouver son Patrick n’importe où."

Bande-annonce "Antoinette dans les Cévennes"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés