"Bohemian Rhapsody" un film pour fans de Queen

©© Photo Credit: Nick Delaney/The

"Bohemian Rhapsody" ne va pas révolutionner le ciné, mais avec un Rami Malek en Freddie Mercury plus vrai que nature et des tubes à gogo, c’est la voie royale.

Après "A Star Is Born" où excelle Lady Gaga, voici "Bohemian Rhapsody", le biopic de Queen et encore davantage celui de son chanteur Freddie Mercury. Produit par les membres survivants du groupe et réalisé par Bryan Singer, il constitue une formidable reconstitution d’une époque. Celle de l’Angleterre des années 70 d’abord – où l’on achetait des fringues de dingues chez Biba –, celle d’une scène rock foisonnante et généreuse ensuite. Mais contrairement à "A Star Is Born", on peine à trouver de l’émotion dans "Bohemian Rhapsody" et une trace de génie créatif dans sa réalisation…

Queen aurait certainement mérité une réalisation flamboyante comme celle qu’Oliver Stone avait apportée à The Doors ou une re-création subtile comme celle de Todd Haynes pour "I’m Not There" qui abordait la vie de Bob Dylan. "Bohemian Rhapsody" est plus "middle of the road". Sans doute parce qu’il vise un public très précis et très large à la fois: celui des fans de Queen.

Les aficionados du groupe ne sont pas tous des quinquagénaires. Nous avons eu l’occasion de recueillir le sentiment de jeunes fans après la projection en avant-première du film. L’une d’elles ne comprenait pas trop pourquoi celui-ci faisait beaucoup de cas de la performance de Queen au Live Aid, en 1985. Ce à quoi on peut affirmer que cette prestation a été considérée comme l’une des meilleures du groupe et du Live Aid. Ce double méga concert, mis sur pied par Bob Geldof à Londres et Philadelphie, fut suivi par un milliard et demi de téléspectateurs dans une centaine de pays. Il fut le premier des concerts de charité de cette ampleur et visait à récolter des fonds pour lutter contre la famine en Éthiopie.

Une autre fan était frappée par la ressemblance entre l’acteur qui joue Bryan May (Gwylim Lee) et le vrai Bryan May, le guitariste et auteur-compositeur de Queen. Une autre aurait aimé qu’on en dise un peu plus sur Mary Austin, la fiancée de Freddie Mercury. Celle à qui il légua la moitié de sa fortune. Ainsi, chaque fan avait son point de vue. Mais tous partageaient la même excitation, la même émotion.

Reconstitution historique

Ceux qui ont connu Queen et Freddie Mercury sur le tard apprendront énormément de choses sur la vie du groupe et la création de certains de leurs hits dont celui de six minutes qui donne son titre au film et réconcilie le rock avec l’opéra. Et tous leurs hits sont dans la b.o. Mais si on avait creusé un peu plus la personnalité éclatante et fragile de Mercury, notamment la découverte de son homosexualité et, plus tard, du sida, le film aurait gagné en épaisseur. Reste que l’interprétation de Rami Malek est plus vraie que nature!

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect