"Chambre 212", entre rires et assoupissement

©Jean Louis Fernandez

Christophe Honoré signe une comédie fantaisiste où il réunit à l’écran Chiara Mastroianni et Benjamin Biolay. Un couple confronté au temps qui passe, à l’infidélité et aux souvenirs qui refont surface de façon inattendue.

"Chambre 212", de Christophe Honoré

Note : 2/5

Avec Chiara Mastroianni, Benjamin Biolay, Vincent Lacoste, Camille Cottin…

Il ne faut pas être journaliste people pour savoir que Chiara Mastroianni et Benjamin Biolay ont formé un couple dans la vraie vie. Les réunir à l’écran dans un long-métrage qui aborde la thématique des couples qui durent – dans "Chambre 212", leurs personnages sont ensemble depuis vingt-cinq ans! – était une bonne idée, certes, mais peut-être aussi un coup marketing.

Disons-le d’emblée, le duo Mastroianni-Biolay ne raconte pas leur histoire personnelle dans le film. Cela n’a rien à voir. "Chambre 212" est une fantaisie. Le souci, c’est qu’il ne navigue pas avec la plus grande fluidité et la meilleure logique entre la farce et le film qui veut nous laisser un message sur l’amour, le mariage et comment faire pour que tout ça prospère et perdure. Donc, on est parfois le séant entre deux chaises. Entre éclats de rire et moments de quasi assoupissement. Mais les fans du cinéaste jureront que le film est génial.

CHAMBRE 212 de Christophe Honoré

Vaudevillesque

Chiara Mastroianni y interprète une serial loveuse. Professeure d’histoire de la justice dans une grande université, elle a souvent des relations sexuelles qu’elle qualifie d’amusantes avec l’un ou l’autre de ses étudiants. Mais chez elle, l’attend son fidèle mari – le plus souvent en peignoir et chaussettes (pour le coup, Biolay n’est pas du tout sexy) – avec lequel elle vit comme frère et sœur. Le mari découvre son infortune via un message laissé par le dernier amant de sa femme. Scène de ménage pas trop spectaculaire. L’épouse décide de changer d’angle et prend une chambre (la 212) dans l’hôtel qui fait face à leur appartement. Elle va y être confrontée en une nuit à la version jeune de son mari, joué avec esprit par Vincent Lacoste, mais aussi par tous les amants qu’elle a eus dans sa vie. La chance: ils étaient tous jeunes et beaux!

 

Comme si la situation n’était pas suffisamment vaudevillesque, arrive la maîtresse que tout jeune homme, le mari a connue. Ce rôle interprété par Camille Cottin apporte encore un peu plus de cafouillage à l’intrigue. Mais il permet cette jolie réplique de la prof de piano qu’elle est: "Que Scarlatti envahisse Paris!" La bande originale de "Chambre 212" est, il vrai, délicieuse. Chiara Mastroianni a obtenu le prix d’interprétation à Cannes, dans la section Un Certain regard pour ce film.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect