Charlotte Gainsbourg: "On ne se donne pas en spectacle"

©Frenetic Films

Selon Yvan Attal, ils ont tourné six films ensemble. Selon Charlotte Gainsbourg, ce serait plutôt trois. Parce qu’elle ne compte pas les petits rôles. Entretien.

Yvan, acteur et réalisateur de "Mon chien Stupide" (qui sort en salle mercredi 30 octobre), a découvert le roman via son fils Ben. "Je me suis dit que ce serait quelque chose de bien à partager avec lui. Quand je l’ai lu, je me suis marré. Je me suis dit que moi aussi, je n’en pouvais plus de ma femme et de mes enfants." Il a transposé l’histoire de Malibu à la Côte Basque. Parce que, comme il aime le répéter, son pays, c’est la France (bien qu’il vive à New York avec sa famille).

"Mon chien Stupide"

Comédie de et avec Yvan Attal, et Charlotte Gainsbourg, Pascale Arbillot,… (sortie: 30/10). Note: 4/5.

"Je suis beaucoup comme le personnage de 'Mon Chien stupide'. En tout cas, j’ai plein de points communs avec lui. Je ne sais pas si je suis un bon père. Déjà mon métier m’empêche d’être aussi présent que je voudrais. Je suis un peu old school. J’aime les traditions. Ce film-ci m’a libéré! Aujourd’hui, je peux dire à mes enfants: 'Tu me fais chier!'. Et comme ils l’ont vu, ils entendent: 'Je t’aime'." De son côté, Charlotte insiste sur le fait que "Mon chien Stupide" n’est pas leur vie (de famille) à eux…

Charlotte, ce personnage d’épouse et de mère dédiée jusqu’à l’os à sa famille ne vous ressemble pas du tout.

Non, en effet, ce personnage n’est pas moi. Yvan voulait appuyer sur son côté alcolo et dépressif. On n’a pas chargé le trait plus que ça mais c’était la nature du rôle en tout cas. Pour les engueulades, par exemple, il fallait y aller à fond. Son côté bourru, je le retrouve aussi chez moi, cela dit. Yvan avait envie que je sois plutôt agressive.

C’est une femme au bord de la crise de nerfs…

Effectivement, mais elle enrage parce que son mari n’est pas là où elle voudrait qu’il soit. Le temps est passé et cela les a abîmés. Ils se sont laissés aller et ne se parlent plus.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour ce rôle?

Le ton du livre. Toute l’ironie et le côté sombre des personnages de John Fante. Même si mon personnage n’existe pas vraiment dans le roman. Physiquement, on avait plein de références. On avait en tête Joan Didion. Pour son métier d’écrivain et la Californie des années 60. Et son look. Du coup, je l’ai découverte. J’ai lu ses livres dont un qui m’a fort marquée sur la mort de son mari. C’est un personnage dément auquel je m’intéresse beaucoup. Et une super féministe.

Le cocon familial, tel que décrit dans le film, vous fait-il penser au vôtre?

Je pense qu’on y retrouve tous quelque chose. Cela traite du couple, des parents, des parents face aux jeunes adultes et aux ados. Tous les schémas familiaux peuvent s’y retrouver comme nous, avec nos trois enfants. On avait proposé ce film, il y a vingt ans, à Yvan et il ne se sentait pas le faire. Aujourd’hui, oui. Car il a passé vingt-cinq ans avec la même femme et qu’il a des enfants. Donc, il se retrouve dans le personnage. On n’a, heureusement, pas la même vie mais il y a des choses proches de la réalité.

Mon chien Stupide

"Mon chien Stupide" démontre à travers une comédie à l’humour grinçant que ce n’est pas simple de fonder une famille où chacun trouve une place épanouissante…

Chaque personnage existe avec sa problématique et ses douleurs. Ce qui ressort du film, dans sa seconde partie, on vire vers quelque chose de plus sentimental. Moi, c’est ce qui me touche, c’est lorsqu’on est cueilli par des émotions au moment où on ne s’y attend pas trop. C’est très propre à Yvan sur beaucoup de ses films. Nous avons fait trois films sur le couple ensemble. Dans "Do not disturb", j’avais un mini-rôle. Et pareil sur "Ils sont partout".

Tourner avec votre mari et Ben votre fils, c’est un peu comme à la maison?

Non, ce n’est vraiment pas comme à la maison. Nos rapports sur un plateau ne sont pas les mêmes. Il y a une hiérarchie sur le plateau qui fait que nous sommes tous au service d’Yvan, ce que je vis bien. Mais à la maison, nous avons tous les mêmes droits. Donc, ce n’est pas du tout la maison qu’on ramène sur un plateau de cinéma. On ne se donne pas en spectacle.

"Ce qui me touche, c'est lorsqu'on est cueilli par des émotions au moment où on ne s'y attend pas trop."
Charlotte Gainsbourg
Actrice

Mais c’est vrai que c’est totalement différent d’un autre film où nous ne sommes pas ensemble. Et que Ben fasse partie des acteurs interprétant nos enfants, c’était extrêmement important pour nous. Mais il fallait qu’il soit sur un pied d’égalité avec les autres enfants. C’était important qu’il ne se sente pas choisi parce qu’il est notre enfant. D’ailleurs, au moment du casting, Yvan a été injuste avec lui et la directrice de casting lui a demandé de s’en aller. Ben était super convaincant, c’est pour ça qu’il a été choisi. Moi, je sais que, plus jeune, ce qui m’a troublée, c’était de penser que j’étais sur un film grâce à mes parents.

C’est le syndrome de l’imposture.

Oui, c’est ça. Mais j’espère que je suis encore là grâce à mes propres qualités. Et je souhaite pour Ben qu’il puisse encore faire des films sans nous. Et je pense qu’il en a envie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n