Deux Flamands pour représenter le Fédération à Venise

©BELGAIMAGE

Le duo d’artistes Harald Thys et Jos De Gruyter animeront le pavillon belge à la Biennale de Venise en 2019. Un choix d’autant plus singulier qu’ils ont été choisis par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la représenter.

Harald Thys a réagi tout excité en apprenant hier leur nomination. "Nous sommes très heureux!" ("superblij!", NDLR). Dans le cadre de l’accord de coopération conclu en 2012 entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté flamande, le jury a jeté son dévolu sur deux artistes… flamands pour représenter le Sud du pays à la prochaine Biennale de Venise, en 2019.

Travaillant à Bruxelles, le duo mêle sensibilité tragicomique pour le folklore et dramaturgie expérimentale. ©Jos de Gruyter and Harald Thys

La décision a été prise le 27 juin dernier, mais les artistes eux-mêmes n’ont été informés que mardi. "La nuit fut plutôt courte", admet Harald Thys, laconique. Harald Thys et Jos De Gruyter vont présenter à Venise leur nouvelle installation baptisée "Mondo Cane", littéralement "un monde de chien", conçue sur mesure pour le pavillon belge. Elle se composera d’environ 15 à 20 poupées animées.

"Ces automates effectuent des actions répétitives. Au début, tout semble drôle, mais à force de répétition, on finit par arrêter de rire, prévient l’artiste. Ces poupées s’animent pendant 15 minutes environ. Ensuite, la performance recommence. Nous avons conçu deux types de poupées. L’un évoque le folklore et les anciens métiers; l’autre, le monde des exclus et, disons-le, des crapules."

Théâtre de la cruauté

Le titre de l’œuvre est une référence au documentaire "Mondo Cane", réalisé en 1962 par les cinéastes italiens Poalo Cavara et Gualtiero Jacopetti. Des prises de vue réelles ou mises en scène destinées essentiellement à choquer le spectateur… "Ils y montrent les abominations qui se sont produites dans le monde, poursuit l’artiste. Lorsque nous avons conçu notre installation, ce titre de ‘Mondo Cane’ s’est très vite imposé à nous."

Mais leur installation ne sera pas forcément cruelle au premier abord: "En arborant une forme simple et d’apparence divertissante, même les enfants en tireront quelque chose… et les touristes. Mais il s’agit bien pour nous d’affirmer une critique sociale."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect