"Farenheit 11/9" - Michael Moore, le poil à gratter du Président

©doc

Avec "Fahrenheit 11/9", Michael Moore est de retour.

Oscar en 2003 pour "Bowling for Columbine" qui se penchait sur la violence et les armes aux USA, puis Palme d’or, l’année suivante, pour "Fahrenheit 9/11" (sur l’administration Bush et les attentats du 11 septembre), il nous revient avec une suite anti-Trump. Mais pas seulement… Dire du mal de Trump, une grande partie de l’Amérique le fait au jour le jour. Moore préfère essayer de comprendre comment on en est arrivé là. Parallèlement aux malversations dans les urnes, aux humiliations dirigées parfois contre sa propre famille, et aux aberrations du Président, Moore dresse un portrait de cette bêtise humaine qui lui a permis d’accéder au pouvoir et la courte vue des Démocrates, enfermés dans leur bulle et qui mangent au même râtelier que Donald Trump...

Et d'invoquer un renouvellement du parti à une encablure des élections de mi-mandat, en identifiant de jeunes pousses réellement engagées contre la dérive de la première démocratie du monde. Un film parfois brouillon tant Michael Moore veut donner d'éléments à sa révolte. Mais on retrouve avec jubilation ses manières de boy-scout, ses réflexions de philosophe de rue et sa dégaine de Papy Grognon.

Michael Moore’s FAHRENHEIT 11/9 | OFFICIAL TRAILER

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content