Il faut bien que le corps exulte

La "femme plus âgée": une figure classique du 7e Art. Au point que la Mrs. Robinson du "Lauréat" (1967), incarnée par Anne Bancroft, soit restée un archétype. Sauf qu’ici le film montre ce qu’on ne montrait pas alors: le sexe explicite. ©RV DOC

Le sexe entre un homme et une femme, quoi de plus normal? Sauf quand l’homme a 17 ans et la femme 45. Et qu’il est son beau-fils…

Le cinéma scandinave n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de questionner les limites morales. Il nous propose aujourd’hui un mélo épuré où se mêlent les thèmes du plaisir physique, des pulsions auxquelles il convient de céder – ou pas – et bien sûr des conséquences à payer…

Une belle grande maison au milieu des arbres. Lui, médecin qui voyage beaucoup. Elle, avocate spécialisée dans les cas d’abus sexuels. Et les deux jumelles d’une dizaine d’années qui jouent dans le beau jardin. Jusqu’au jour où Gustav, 17 ans, vient compléter la famille. Gustav, le fils que Monsieur a eu lors d’un premier mariage…

Le jeune homme commence par simuler un cambriolage pour s’approprier les objets de valeur. Puis il ramène une jolie petite copine, pas très discrète au moment des ébats. Il n’en faut pas plus pour attirer l’attention de la maîtresse de maison. Qui se rapproche de son beau-fils. Et finit par prendre les devants, jusqu’à une relation de plus en plus assumée… Mais jusqu’où iront les nouveaux amants?

Bande-annonce

Qui s’impose? Qui subit?

À l’heure de #MeToo et de tous les questionnements d’ordre sexuel auxquels nous sommes confrontés, le film apporte un éclairage intéressant… où il est question de céder à ses instincts. Après tout, l’amour n’a pas d’âge, ni de frontières. Et on aura beau lutter contre ses envies au nom des convenances, parfois les pulsions, l’ennui, l’âge ou une certaine solitude vous mènent dans des situations de jouissance qu’on pensait très éloignées de soi.

Drame
"Queen of Hearts"

Note: 3/5

De May el-Toukhy. Avec Trine Dyrholm, Magnus Krepper, Gustav Lindh,…

Mais se pose également la question du consentement. Déjà lorsque les amants sont dans la même tranche d’âge, on peut se demander qui s’impose et qui subit. Mais lorsque la figure morale règne (ici celle de la mère de famille), tout se complique. Profite-t-elle de sa position pour imposer l’union des corps? Ou est-ce le jeune homme qui aime jouer avec le trouble qu’il distille? Autrement dit: qui est victime de qui? Mais ce jeu avec le feu ne fait-il pas partie intégrante de toute séduction?

Notre animalité corsetée

La "femme plus âgée": une figure classique du 7e Art. Au point que la Mrs. Robinson du "Lauréat" (1967), incarnée par Anne Bancroft, soit restée un archétype. Sauf qu’ici le film montre ce qu’on ne montrait pas alors: le sexe explicite. Qui vient contraster avec le décor extrêmement policé de la maison où l’on vit, et des bureaux où l’on travaille. Une société corsetée, pour une femme qui l’est autant, et qui le reste totalement en dehors des moments où elle se libère, et où elle ne s’appartient plus tout à fait.

On saluera la beauté formelle de ce film qui grandit comme un suspense, mais on regrettera cependant une approche assez intellectuelle où l’on met (volontairement?) du temps à entrer dans la psyché des protagonistes. Une manière de dire que notre époque nous a ôté toute animalité, et que nous ne savons même plus quoi faire de ce qui nous échappe?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect