epinglé

Je bois, donc je vis

"Drunk", le film de Thomas Vinterberg, a remporté l'Oscar du meilleur film étranger. ©Photo News

Oyez, oyez! Le film danois "Drunk", couronné à la fois par le Bafta, le César et l’Oscar, va-t-il devenir une nouvelle ode à la liberté?

Ce samedi 1er mai, les cinémas d’art et d’essai rouvrent leurs portes, dans le cadre des actions symboliques destinées à ce que la culture, moribonde, ne décède pas pour de bon au fond de son oubliette.

Parmi les films programmés, un emblème pour toute notre époque: "Drunk". Oscarisé ce dimanche, cette comédie dramatique nous conte l’expérience de la désobéissance organisée par quatre amis enseignants, persuadés que l’homme donne son plein potentiel avec très exactement un verre dans le nez (pas plus, pas moins).

Défi des autorités, questionnement existentiel et (re)conquête des libertés individuelles – sans parler de l’apéro, considéré comme une discipline incontournable pour lutter contre le marasme ambiant –, on peut dire qu’on est ici en plein dans l’air du temps.

Retour sur un (futur) phénomène

Chez nous, "Drunk", c’est un peu comme le monstre du loch Ness: tout le monde en parle, mais personne ne l’a (encore) vu. Et pour cause, il devait sortir le 28 octobre dernier, soit le jour exact du second confinement en Belgique. En France, en seulement quelques semaines d’exploitation, il a pourtant déjà conquis le public, et accédé au statut de film culte.

Signé par le mythique réalisateur danois Thomas Vinterberg, il nous emmène, sans tambour ni trompette, dans l’intimité de héros bourgeois, mais déboussolés.

Signé par le mythique réalisateur danois Thomas Vinterberg ("Festen", "La chasse"), il nous emmène, sans tambour ni trompette, dans l’intimité de héros bourgeois, mais déboussolés. Dans une ambiance délétère de petite ville, nous voici face à nous-mêmes: que faire pour donner un peu de relief à nos tristes vies, un peu de panache? Sommes-nous des moutons ou des individus capables de ressentir? Bref, qu’est-ce qui donne un sens à la vie?

C’est bien sûr la question qui se pose à toute notre époque. Mads Mikkelsen, en prof d’histoire "libéré" par l’alcool, y répond avec une force inouïe, et pourtant toute la subtilité du quotidien. L’excès est-il un crime honteux? Ou une voie d’accès comme une autre vers le bonheur? En attendant la sortie officielle sur tous les écrans "dès que possible", certains heureux élus le découvriront dès samedi. Et en mode "rebelle", ce sera sans doute encore meilleur…

Comédie dramatique

"Drunk" ("Druk")

De Thomas Vinterberg,

avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Magnus Millang...

Note de L'Echo: 5/5

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés