L'Echo des séries | "Good Omens"

©Chris Raphael / Amazon

Auréolée de David Tennant et Michael Sheen, la Fin du Monde en deviendrait presque réjouissante: "Good Omens" commence ce vendredi, sur Amazon Prime.

Aux "The Good Place" et "Lucifer" de Netflix, Amazon Prime répond par sa propre série comico-théologique: "Good Omens". Après des siècles passés parmi les humains, l’ange Aziraphale (Michael Sheen) et le démon Crowley (David Tennant) se trouvent réticents à l’idée de la Fin du Monde, pourtant prévue dans quelques jours.

"Good Omens" (Amazon Prime)
  • Note : 4/5
  • Créée par Neil Gaiman 
  • UK/US (2019)

 

Décidés à empêcher l’Apocalypse, leur première tâche consiste à retrouver l’Antéchrist, un gamin de 11 ans. Alors que la Famine et la Guerre s’abattent sur l’humanité, le reste des Cavaliers de l’Apocalypse s’apprête à les rejoindre, tandis que la sorcière Anathema tente de décrypter les prophéties de ses ancêtres, et que la voix (littéralement) divine de Frances McDormand nous conte les six millénaires d’amitié entre Aziraphale et Crowley.

Ça vous semble chargé? C’est absolument le cas. Les six épisodes que compte la série sont en effet pleins à ras bord, rythmés par une hyperactivité exigeante qui, paradoxalement, fait souvent stagner l’histoire, décousue. Mais ces éléments parasitaires sont pardonnables, ornés par le glorieux halo du duo Tennant-Sheen qui fonctionne à merveille, dans une esthétique éclatante sur un ton à la "Hitchhiker’s Guide to the Galaxy". Tout comme elle choisit de ne pas opposer le Bien et le Mal, "Good Omens" navigue entre un récit présomptueux et une certaine idée du paradis.

"Good Omens", bande-annonce

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect