La cinémathèque connait ses classiques

La Cinematek rouvre ses portes le 1er juillet. ©Photo News

Cinematek rouvre ses portes! Hommage à Chantal Akerman, à Marion Hänsel, et bien sûr reconnexion avec notre patrimoine mondial et immatériel: les grands classiques du 7e art, de Kubrick à Hitchcock en passant par Kurosawa.

C’est avec une certaine émotion que le cinéphile découvrira le programme de rentrée post-Covid à la Cinémathèque Royale. Pas seulement à cause de tous les chefs-d’œuvre qui nous sont rendus, mais surtout parce que tout rouvre par un hommage à deux grandes réalisatrices belges disparues récemment, Marion Hänsel et Chantal Akerman

Ce mercredi 1er juillet, à 19h, "News from Home" d’Akerman. Pour ceux qui ne connaissent pas encore: une extraordinaire plongée hypnotique dans le Manhattan des années 70. À 21 ans, Akerman part pour New York. Là, elle découvre une nouvelle forme de liberté, un monde de possibles où personne ne l’attend, ou personne ne s’offusque, une sorte d’Amérique éternelle dans ce pouvoir qu’elle possède de faire reculer toutes les frontières. À ces plans de la ville, d’une beauté envoûtante, d’une force incroyable, se mêlent les lettres envoyées et reçues, surtout de sa mère. Ce film, montré dans les écoles de cinéma du monde entier, est très souvent cité comme source d’inspiration par des réalisateurs comme Gus Van Sant.

Entretien avec Chantal Akerman sur son film "News from Home" (1977)


À 21h, "Dust" de Marion Hänsel. Voici le film qui révéla la réalisatrice à la face du monde en 1985: l’adaptation d’un roman du prix Nobel J. M. Coetzee. Un huis clos dans une ferme sud-africaine, où Trevor Howard (le père) et Jane Birkin (la fille) se livrent une guerre psychologique sans merci.

La crème de la crème tout l'été

C’est la crème de la crème que la cinémathèque a convoquée pour nous, et pas seulement de longs films incontournables qui pourraient décourager le grand public.

Dès le lendemain, et pendant tous les mois de juillet et d’août, les grands classiques viennent se mêler aux hommages aux deux réalisatrices. C’est la crème de la crème que la cinémathèque a convoquée pour nous, et pas seulement de longs films incontournables qui pourraient décourager le grand public: "Le mécano de la Générale" de Buster Keaton, miracle de drôlerie, de poésie, d’inventivité. "Vertigo" ("Sueurs froides") d’Hitchcock, le thriller qui n’a pas pris une ride, "Rashomon" de Kurosawa, une histoire de samouraï qui joue avec génie sur les twists narratifs, pour notre plus grand plaisir.

À cela s’ajoute bien sûr un autre type de cinéma, car le mérite de l’institution est de nous faire aimer tous les genres: "Mary Poppins" s’invite, tout comme "Qui a peur de Roger Rabbit", sans oublier l’improbable "Chérie, j’ai rétréci les gosses". Le cinéma vu par Cinematek? Un plaisir qui n’a pas d’âge.

Des classiques aussi chez vous
Le confinement nous l’a rappelé: pour se reconnecter avec le Grand Cinéma éternel, on peut aussi cliquer, et trouver son bonheur. Il existe un mythique site français, lacinetek.com, malheureusement encore indisponible chez nous. Là, de très nombreux réalisateurs, de Jacques Audiard à Alain Chabat, ont choisi leurs 50 films préférés d’avant 2000, et ils nous disent même pourquoi. Autre possibilité, mubi.com, qui propose une intelligente rotation de 30 films à la fois (le dernier de la liste disparaît chaque jour pour faire place à une nouvelle suggestion). 7 jours d’essai gratuits puis 9,99 euros par mois, vous ouvriront les portes des grands films d’auteur, mais aussi du monde oublié des séries B, voire Z.
Chez nous, saluons l’initiative d’Auvio, qui s’allie à Sooner (alliance d’Universciné et de Uncut), pour nous proposer, dès la fin du mois et sur le site de streaming de la RTBF, l’accès au meilleur du cinéma indépendant: le choix parmi 5500 films, à partir de 6,99 euros par mois. Là, les grands films d’hier côtoient les sorties récentes, avec en point de mire la qualité.

 


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés