La femme de sa vie

Martine Chevallier et Barbara Sukowa irradient "Deux". ©O'Brother

Deux femmes mûres, un secret, et une fantastique histoire d’amour réalisée par Filippo Meneghetti, qui signe ici avec "Deux" son premier long métrage.

Nina et Madeleine sont voisines de palier. Elles s’aiment en secret depuis plus de 20 ans et projettent de vendre leurs appartements respectifs pour partir vivre une retraite heureuse à Rome. Mais pour cela, il faudrait que Madeleine se décide enfin à tout raconter à ses enfants. L’amour secret qui occupe sa vie, ses projets... Qu’enfin "Madame Dorn", la voisine allemande, devienne "Nina", la compagne d’une vie. Mais le jour d’un hypothétique grand déballage, Madeleine fait un AVC. Nina se retrouve confinée chez elle à épier depuis l’autre côté de l’œilleton. Dans l’appartement d’en face, Madeleine se retrouve réduite au silence et à l’immobilité. L’amour trouvera-t-il sa voie?

Un bon film, c’est d’abord une bonne situation. Ensuite, il faut voir ce que l’auteur va en faire… Ici, tout est réuni pour Filippo Meneghetti: l’idée de départ, les personnages, le rythme narratif.

Un bon film, c’est d’abord une bonne situation. Ensuite, il faut voir ce que l’auteur va en faire… Ici, tout est réuni pour Filippo Meneghetti: l’idée de départ, les personnages, le rythme narratif. La psychologie est nourrie par les péripéties: Nina sent qu’il faut qu’elle se manifeste pour aider la femme de sa vie à se rééduquer après l’accident. Sans elle et sa présence pleine d’amour, pas de rémission; sans elle, c’est la voie toute tracée vers la démission et une vie de légume. Mais comment ne pas passer pour folle auprès des enfants et de l’aide soignante, en venant sonner à tout moment, en s’imposant sous les prétextes les plus farfelus?

DEUX Bande Annonce (2020) Léa Drucker, Drame

L’amour n’a pas d’âge

DRAME

♥ ♥ ♥ ♥ 

«Deux», de Filippo Meneghetti

Avec Martine Chevallier, Barbara Sukowa, Léa Drucker…

 

Il s'agit d'un premier film, mais il possède toutes les qualités de la maturité. Une histoire parfaitement écrite, des décors symétriques – les deux appartements - qui racontent beaucoup de choses (et qui sont signés par notre compatriote Laurie Colson). Ajoutons à cela un très beau travail sur la lumière et sur le cadre.

En privilégiant le large format du cinémascope, on donne ici beaucoup de place aux chambranles, aux portes, ces barrières symboliques et inconscientes. Beaucoup de scènes sont filmées à distance, comme vues de la pièce voisine. Cette place active octroyée au spectateur n’est pas un hasard: nous sommes les complices de ce qui se joue là, de ce drame dont l’issue nous importe de plus en plus.

Il s'agit d'un premier film, mais il possède toutes les qualités de la maturité.

Et puis, bien sûr, "Deux", ce sont deux actrices au sommet. Des physiques opposés et complémentaires. L’une (autrefois) brune, ronde et retenue, l’autre (autrefois) blonde et flamboyante. Martine Chevallier est sociétaire de la Comédie française depuis plus de 30 ans. C’est dire qu’elle a fait le tour du répertoire. On a pu la voir toute jeune dès 1979 dans la série culte " Les dames de la côte ", et dans de très nombreux seconds rôles depuis.

Face à elle, Barbara Sukowa, star du cinéma allemand, fut l’une des égéries de Reiner Werner Fassbinder et de Margarethe von Trotha ("Lola", "Rosa Luxemburg", qui lui valut le prix d’interprétation à Cannes). Plus récemment elle incarna Hannah Arendt dans le film du même nom. Toutes deux ont été impliquées très tôt, les rôles ont été écrits pour elles, et ça se sent. Elles nous confirment avec brio que l’amour n’a pas d’âge. Et – pour ceux qui l’auraient oublié - qu’il est plus fort que la mort.

Les Arcs Film Festival 2019 : Interview Barbara Sukowa

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés