La mère, le fils et l'esprit du peintre

Un film d'Adrian Noble, avec Vanessa Redgrave et Timothy Spall. ©doc

L.S. Lowry, peintre naïf anglais du XXe siècle, voyait de la beauté partout, même dans la fumée des usines du Lancashire. "Mrs Lowry & Son", biopic, signé Adrian Noble, se focalise sur sa relation avec sa mère. Une brillante interprétation de Vanessa Redgrave et Timothy Spall.

L’œuvre de L.S. Lowry, peintre anglais pourtant renommé mais moins glorifié que le très pop David Hockney, reste méconnue du grand public. Ce biopic est une belle occasion de rattraper le coup. Timide, introverti, capable de beaucoup d’humour et de compassion, cet artiste passa plus de quarante ans dans l’ombre de sa mère malade, grincheuse, possessive.

C’est sur cette relation fils-mère qu’Adrian Noble, réalisateur britannique passionné par la culture de son pays, s’attarde longuement. Pourquoi Lowry a-t-il voulu devenir peintre? Pour être aimé de sa mère. A Pendlebury, une petite localité du Lancashire, il occupait avec elle une maison ouvrière. Chaque jour, il partait collecter les impôts, le job que son défunt père occupait avant lui, et quand il rentrait, il répondait aux ordres de sa mère alitée. La nuit venue, il se réfugiait dans son grenier et peignait les sorties d’usine, les silhouettes fragiles et lasses des ouvriers, la misère humaine telle qu’elle était dans les années 1930.

La classe des géants

Lowry voyait de la beauté partout, autour de lui. Mais sa mère lui en voulait de montrer "ces sordides scènes industrielles" et l’accablait en lui disant qu’il n’était pas un artiste.  Et en rappelant constamment qu’ils étaient issus de la classe moyenne et non du prolétariat. C’est seulement après le décès de sa mère que le peintre rencontra le succès.

Et à quatre-vingt-trois ans, Vanessa Redgrave semble infatigable puisqu’on la verra dans deux autres films, cette année.

Le face-à-face entre Timothy Spall, le fils, et Vanessa Redgrave, la mère, est captivant à suivre. Ces acteurs font partie de la classe des géants. Chaque geste, expression du visage, réplique, relève du grand art. Toujours en finesse et en mesure. On se souviendra que Timothy Spall avait reçu le prix d’interprétation masculine à Cannes pour son rôle dans "Mr Turner", un autre biopic sur un grand peintre anglais. Vanessa Redgrave fut, pour sa part, récompensée d’un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière, à la Mostra, en 2018. Et à quatre-vingt-trois ans, elle semble infatigable puisqu’on la verra dans deux autres films, cette année.

☻☻☻

"Mrs Lowry and Son", drame d'Adrian Noble, avec Vanessa Redgrave et Timoty Spall

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés