Le cocktail Sofia Coppola on the rocks

Bill Murray et Rashida Jones sont père et fille dans le nouveau film de Sofia Coppola "On the Rocks".

Il ne faudrait pas que les films de réalisateurs mondialement célèbres ne soient plus visibles que sur des plateformes de streaming. C’est ce que s’est dit le Palace, à Bruxelles, qui a décidé de programmer "On the Rocks", le nouveau Sofia Coppola, conçu pour Apple TV.

Après Alfonso Cuaron et Martin Scorsese, c’était donc au tour de Sofia Coppola de se lancer dans la réalisation d’un film pour une plateforme de VOD. Elle n’est pas allée chez Netflix mais chez son concurrent Apple TV qui, comme la première, recherche de grands noms du 7e art pour appâter le public des cinéphiles. On aurait été étonné que Sofia refuse un contrat de cet ordre. Et encore plus surpris si elle avait choisi de réaliser un film fastueux comme son "Marie Antoinette" ou "Les Proies", son dernier long métrage. Elle a plutôt opté pour un "cutie on the rocks", un cocktail avec un peu d’alcool et beaucoup de glaçons. Un film qui, selon Nicolas Gilson, en charge de la programmation du cinéma Le Palace à Bruxelles, se situe dans la lignée de "Somewhere". Soit.

"On the Rocks" nous fait penser à un Sofia Coppola croisant Woody Allen dans un quartier situé à la frontière de Soho et Greenwich Village avec un sac Chanel et un t-shirt troué.

"Somewhere" avait été tourné au Château Marmont et traitait effectivement d’une relation père-fille comme "On The Rocks". Mais "On the Rocks" nous fait penser à un Sofia Coppola croisant Woody Allen dans un quartier situé à la frontière de Soho et Greenwich Village avec un sac Chanel et un t-shirt troué. On avancerait que "On the Rocks" est son film le plus autobiographique et aussi le plus amusant. Alors qu’il n’y a pas plus discrète que Sofia dans le club des femmes cinéastes new-yorkaises. Non, d’ordinaire, Sofia Coppola ne déballe pas sa vie dans ses films et ses interviews. Peut-être qu’elle s’est dit qu’à quarante-neuf ans, elle pouvait se lâcher un peu?

Une virée cool et chic

"On the Rocks" relate l’équipée un peu sauvage d’une femme et de son père. Elle approche de la quarantaine, est mariée à un jeune businessman qui voyage beaucoup et elle gère la vie de famille comme la scolarité de ses deux filles tout en essayant de terminer un manuscrit. Son père sème le doute dans son esprit. Et si son mari la trompait avec une assistante lorsqu’il est en business trip à Londres? Ou lorsqu’il est singulièrement absent pour son anniversaire…

Bill Murray est typiquement l’acteur que vous choisissez pour incarner un père à l’apparence cool et chic avec lequel vous aimeriez faire une virée de nuit.

Pour interpréter le père, Sofia Coppola ne pouvait, bien sûr, pas trouver mieux que Bill Murray. Elle l’avait déjà choisi, en 2003, pour ce film d’insomniaque qu’est "Lost in Translation". Bill Murray est typiquement l’acteur que vous choisissez pour incarner un père à l’apparence cool et chic avec lequel vous aimeriez faire une virée de nuit, en décapotable rouge, à Tokyo ou à New York. Ici, la virée est plutôt une filature pour tenter de prouver l’infidélité du mari.

Comédie/drame

"On the Rocks"

♥ ♥ ♥

de Sofia Coppola,

avec Rashida Jones, Bill Murray et Marlon Wayans

Face à Bill Murray, l’autre bon choix de Sofia s’est porté sur Rashida Jones. La fille de Quincy Jones a, jusqu’ici, surtout travaillé pour des séries télé comme "Angie Tribeca" et comme Sofia, elle est l’épouse d’un musicien. La complicité entre la réalisatrice et son actrice est réellement frappante. Rashida deviendrait en quelque sorte le double de Sofia, dans ce film. Le mari, lui, est joué par Marlon Wayans qui a surtout fait des comédies et du stand-up. Le fait que cet acteur soit Noir n’est pas anodin. Rashida est, elle-même, issue d’un mariage mixte. Et toutes proportions gardées, Sofia est l’épouse d’un Français… C’est d’ailleurs son mari Thomas Mars, avec son groupe Phoenix, qui signe la bande-originale du film. Miss Coppola assure qu’elle n’a pas choisi un acteur noir pour éviter un pénible épisode comme lors de la sortie de "Les Proies" où les critiques l’avaient taxée de racisme car aucun afro-descendant ne figurait dans son casting.

La figure du père représentée ici ne manquera pas d’être commentée. Il est celui qui veille et protège, certes mais aussi, celui qui débite des théories assez machistes – et bien souvent entendues – sur la place des femmes. Et ce qu’on projette sur elles. Ainsi, on apprendra que les femmes sont au summum de leur beauté entre trente-cinq et trente-neuf ans. De quoi avaler de travers un glaçon du Martini. Ce que ne manque pas de faire le double de Sofia Coppola.

Bande-annonce "On the Rocks"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés