Le Lion d'or de la Mostra va à "Joker" de Todd Philipps

Joaquin Phoenix et Todd Philipps ont reçu le Lion d'Or pour "Joker". ©AFP

Le Festival de Venise a décerné son Lion d'or à "Joker" de l'Américain Todd Phillips, plongée dans les origines de l'ennemi de Batman, tandis que le Grand prix du jury est revenu au thriller historique "J'accuse" de Roman Polanski, dont la sélection avait suscité la polémique.

Le Lion d'or de la Mostra de Venise a été attribué à "Joker" de Todd Philipps. "Merci de m'avoir fait confiance avec ton talent fou", a déclaré en recevant son prix le réalisateur Todd Phillips, surtout connu jusqu'ici pour ses comédies, dont la trilogie à succès "Very bad trip", à l'adresse de son acteur Joaquin Phoenix.

"Joker", qui succède à "Roma" du Mexicain Alfonso Cuarón et était l'un des favoris de la presse, est centré sur la figure de ce méchant emblématique des comic books et du cinéma, pour mieux comprendre comment cet homme mal aimé a pu basculer dans la folie, s'efforçant de donner une nouvelle approche au genre du film de super-héros.

"Qu'une industrie comme celle des Etats-Unis prenne le risque de réaliser 'Joker' est courageux. C'est une réflexion sur les héros et les anti-héros", a déclaré la présidente du jury, la réalisatrice argentine Lucrecia Martel, lors d'une conférence de presse.

Grand Prix pour Polanski

Le Grand Prix du jury, deuxième récompense la plus importante de la Mostra, est revenu au "J'accuse" de Roman Polanski, qui raconte l'Affaire Dreyfus, scandale antisémiste majeur de la fin du XIXe siècle en France, du point de vue du lieutenant-colonel Georges Picquart, qui avait réhabilité le capitaine injustement condamné pour des faits d'espionnage fabriqués de toute pièce.

Récompensé déjà samedi par le prix Fipresci de la critique internationale à Venise, "J'accuse" avait convaincu une bonne partie de la presse, occupant la première place du classement d'un panel de journalistes internationaux et italien publié pendant le festival. Mais le film avait fait polémique avant même le début du festival, des féministes ayant regretté sa sélection en compétition, en raison des poursuites contre le réalisateur aux États-Unis pour le viol d'une mineure en 1977. Le réalisateur avait fait le parallèle entre l'histoire de son film et sa propre vie, s'estimant lui aussi "persécuté".

La présidente du jury avait suscité une nouvelle controverse au premier jour du festival en affirmant qu'"elle ne séparait pas l'homme de l'oeuvre" et se disant "très gênée" par sa présence en compétition, avant de revenir sur ses propos, en disant qu'elle n'y était "en aucune façon opposée".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect