Les cinémas impatients de rouvrir et de voir leur jauge augmentée

En France, les cinémas ont pu rouvrir en mai. Chez nous, les salles de cinéma rouvriront le 9 juin avec une jauge d'environ 30% de leur capacité. ©AFP

Les exploitants de cinémas trépignent d’impatience pour rouvrir, d’autant que l’offre de films est alléchante. Ils espèrent que la jauge de fréquentation sera augmentée cet été.

Le cinéma figure parmi les secteurs les plus touchés par la crise. En février dernier, la Fédération des cinémas de Belgique (FCB) alertait les autorités sur la situation précaire dans laquelle se trouvait le secteur. En 2020, il a perdu plus de 200 millions d'euros suite à la fermeture des salles. Depuis, chaque mois, ce sont quelque 25 millions d'euros qui partent en fumée.

À quelques jours de la réouverture, le secteur aura donc perdu plus de 330 millions d'euros. Dans le même temps, les aides publiques ont été marginales par rapport à celles apportées dans les pays voisins. "Heureusement, le chômage économique nous a permis d'éviter le pire. À ma connaissance, aucun de nos membres n’a été contraint de tirer le rideau définitivement", indique Thierry Laermans, secrétaire général de la FCB.

"Sur base des jauges que l’on nous impose, je crois que nous serons souvent complets."
Bruno Plantin-Carrenard
Directeur d'UGC Belgique

Programmation attractive

C’est donc avec impatience que les exploitants s’apprêtent à accueillir à nouveau les cinéphiles, même si la jauge est limitée à environ 30% de la capacité des salles. "Nous sommes très enthousiastes, la demande du public est forte et la programmation très attractive", témoigne Stéphane Wintgens, coordinateur médias à l’ASBL Les Grignoux, réseau art et essai présent à Liège et à Namur.

"D’autres pays ont réouvert avant nous avec succès, l’offre de films est large et, sur base des jauges que l’on nous impose, je crois que nous serons souvent complets", indique, de son côté, le directeur d’UGC Belgique, Bruno Plantin-Carrenard.

28%
du chiffre d'affaires
La consommation de snacks et boissons en salle est à nouveau autorisée. Pour Kinepolis, cela représente 28% du chiffre d'affaires en temps normal.

Chez Kinepolis on ne dit pas autre chose: "Le line-up est puissant et l’enthousiasme du public est grand, constate la porte-parole Anneleen Van Troos. Les restrictions sont toujours là, mais au niveau du contenu, nous sommes dans une situation très différente de l’été 2020, avec une offre variée qui peut séduire tous les groupes cibles."

À la FCB, Thierry Laermans confirme que, par rapport à la réouverture après le premier confinement, la situation est bien plus encourageante: "d’autres pays ont réouvert avant nous avec succès, ce qui a incité les distributeurs à relancer leurs films en Belgique."

À cela s'ajoute le fait que la consommation de snacks et boissons en salle est à nouveau autorisée. Pour Kinepolis, qui dit avoir perdu 25 millions des visiteurs (sur 40 accueillis en 2019 dans les neuf pays où il est présent), cela représente tout de même 28% du chiffre d'affaires en temps normal!

Plus fort que la météo et l'Euro

Certes, une météo ensoleillée et la concurrence de l’Euro de foot pourraient doucher ce bel enthousiasme, tout comme l’engouement des cinéphiles pour les plateformes durant les confinements, certains blockbusters n’étant pas passés par la case salle.

"Nous comprenons que la prudence est toujours de mise, mais ce que nous voulons éviter à tout prix, c’est de devoir refermer nos portes."
Anneleen Van Troos
Kinepolis

"Je ne le pense pas, répond Stéphane Wintgens, au contraire, l’impatience est telle que nous sommes confiants dans le retour du public, d’autant que pour un réseau comme le nôtre, dédié au cinéma d’auteur, ce type de film a été moins diffusé sur les plateformes."

"Les gens ont besoin de contact, de convivialité, d’échanges, la vision en salle leur apporte cette expérience à nulle autre pareille", renchérit Bruno Plantin-Carrenard chez UGC.

Élargir la capacité des salles

Prochaine étape espérée: un assouplissement, d'ici au début des vacances d’été, des mesures jugées encore très contraignantes. "Nous espérons des assouplissements dans les prochains mois, notamment par rapport à la capacité autorisée par salle", indique Anneleen Van Troos chez Kinepolis. "Nous comprenons que la prudence est toujours de mise, mais ce que nous voulons éviter à tout prix, c’est de devoir refermer nos portes."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés