Les envahisseurs. Le futur recomposé (nouvelle édition)

LECTURE SERIES TV. Présentée par " Monsieur séries ", Didier Liardet, cette monographie publiée aux éditions Yris retrace l’histoire de la saga des Envahisseurs. Une série de science-fiction devenue " LA " référence en la matière.

" Les envahisseurs, des êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David Vincent les a vus (…). Il sait que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine. Il lui reste à convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé. "

 

Difficile d’oublier ce générique qui a accompagné nos années 70. Celui d’une série assortie d’une musique dramatique dirigée par un maître de la musique de films, Dominic Frontière. On lui doit notamment la musique de films de John Wayne et celle d’autres classiques du petit écran : Au-delà du réel, Branded, Vegas ou Matt Houston.

Nul doute que le générique des Envahisseurs a contribué au succès de la série créée par Larry Cohen. A l’époque, ce qui avait fait toute la différence entre Les Envahisseurs et les autres séries de science-fiction, c’était l’absence de décors en carton ou de costumes ridicules (comme dans Star Trek). Ici, les extraterrestres sont comme vous ou moi. Les seuls effets spéciaux résident dans les vols de soucoupes ou dans la désintégration des envahisseurs dans un halo rouge. Les envahisseurs constitue une série sombre, sans aucun optimisme. On est ici bien loin du côté mièvre du film pour enfants E.T. Ici, l’extraterrestre est sournois, sans pitié et ne poursuit qu’un seul but : nous exterminer.

Pour reprendre les propos du producteur, Quinn Martin, la série était " une expérience au sein de la paranoïa. " Un homme seul doit convaincre le monde qu’il a découvert l’existence d’aliens cachés sur terre. Parmi nous. Etrangement, la série a été plus populaire en Europe et en Amérique du Sud qu’aux Etats-Unis où elle n’a pas été rediffusée durant ces trois dernières décennies. Les adeptes de la théorie du complot y verront sans doute un élément de plus à ajouter au dossier.

 

Autre raison du succès de la série, le choix judicieux du héros solitaire, seul contre tous : l’acteur Roy Thinnes. Un personnage désabusé, naïf, et toujours sur la défensive. " Je suis une sorte de Don Quichotte, je me bats pour sauver le monde, tout le monde me croit cinglé. Je dois accomplir une mission, les arrêter ; d’ailleurs, je ne vis que pour ça ! "

D’autres acteurs, déjà connus ou au début de leur carrière ont joué les invités : Gene Hackman, Peter Graves, Ralph Bellamy, Pat Hingle, Barry Morse ou Roscoe Lee Browne.

 

Et s’il fallait opérer une sélection des épisodes à conseiller en forme de best of? Le pilote, Le rideau de lierre qui montre le vrai visage de l’ennemi, La mutation, La genèse, Panique, L’ennemi. Mais si vous avez le temps, tous sont agréables à visionner.

 

La série est disponible en coffrets DVD mais totalement dépourvus de bonus. Il ne vous reste donc plus qu’à découvrir cet ouvrage pour savourer les coulisses de la série et l’analyse de tous les épisodes. Enfin, pour les amoureux des bonnes séries d’antan, on ne peut que recommander la visite du site de l’éditeur : www.yris.net. Le catalogue mérite le détour.

 

 

Philippe Degouy

philippe.degouy@lecho.be

 

Les envahisseurs. Le futur recomposé. Nouvelle édition. Par Didier Liardet. Préfacé par Roy Thinnes. Editions Yris. 23,95 euros. 289 pages.

 

Photo : éditions Yris

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés