Les films que vous irez peut-être voir en 2017

Blade Runner 2049 ©rv

Nous savons ce que fut 2016 - avec des déceptions comme "Suicide Squad" mais aussi de vraies découvertes: "Toni Erdmann", "Captain Fantastic" ou "Sing Street". Mais quoi de plus excitant que d’imaginer quelles seront les potentielles excellentes surprises de l’année prochaine?

C’est arrivé près de chez nous

Christopher Nolan nous a concocté un drame historique choral aux lumières bien de chez nous – son action se situant à une dizaine de kilomètres environ de notre beau pays. Trois ans après "Interstellar", le maître britannique abandonne en effet son alternance "un Batman/un film sans super-héros" pour nous entraîner dans un huis clos sur la plage de Dunkerque, en mai 1940. Au programme de ce "Dunkirk": évacuer les quelque 350.000 soldats français et britanniques avant qu’ils ne tombent aux mains des Allemands…

Dunkirk

Dolan en anglais

2017 ne se passera pas sans lui: Xavier Dolan ne va quand même pas rester les bras croisés, lui qui nous a habitués à un film par an. Pour sa première œuvre dans la langue de Shakespeare, le prodige québécois réunit un casting de folie: Kit Harrington (le John Snow de "Game of Thrones"), Jessica Chastain, Kathy Bates, Susan Sarandon, Natalie Portman, Thandie Newton et même, pour la première fois à l’écran, la chanteuse Adele… L’argument de "The Death and Life of John F. Donovan"? La rédactrice en chef d’un tabloïd américain tente de détruire la vie d’une star qui entretient une relation épistolaire avec un jeune fan britannique… âgé de 11 ans. Grandeur, décadence, enfance, jeux avec les interdits… Bref, du Dolan.

The Death and Life of John F. Donovan

Jusqu’au bout

Celui qu’on n’attendait plus, ni pour 2017, ni pour jamais, c’est Terry Gilliam avec "L’Homme qui tua Don Quichotte". Un documentaire, avec Jean Rochefort dans le rôle principal, nous avait déjà conté les déboires de ce projet qui remonte à plus de 15 ans ("Lost in La Mancha", 2002). Apparemment l’ancien Monty Python a enfin (re)trouvé les fonds pour (re)mettre l’ouvrage sur le métier. Cette fois c’est Michaël Palin (ex-Monty Python également, on reste en famille) et Adam Driver qui s’y collent. On croise les doigts…

Replicant

Un acteur canadien semble promis à régner sur notre prochain cycle terrestre: Ryan Gosling. Le beau brun sera en octobre à l’affiche d’un blockbuster de science-fiction hyper attendu: "Blade Runner 2049" (avec également à l’affiche un certain Harrison Ford). Ce n’est pas le maître Ridley Scott en personne qui s’y colle – trop englué dans l’univers d’"Alien" avec la suite de "Prometheus"? – mais bien l’incontournable (autre Canadien) Denis Villeneuve, qui semble se spécialiser, après "Premier contact", dans les questionnements liés à notre futur…

Blade Runner 2049

Pas de deux

Les fans de Ryan Gosling ne devront pas ronger leur frein, ils pourront admirer sa plastique et son charme dès janvier dans une comédie sentimentale – mais surtout musicale – totalement réjouissante (en plus d’être bouleversante): "La La Land". Ce film aux allures désuètes cache une vraie réflexion sur le couple et sur le sens de la vie. Aux manettes, le dynamique jeune prodige à qui l’on doit "Whiplash", Damien Chazelle.

La La Land

On prend les mêmes…

Restons en compagnie d’un autre grand réalisateur british à la carrure internationale: Danny Boyle, qui revient à ses premières amours avec le très attendu "Trainspotting 2". Après le monde sans pitié de la création informatique ("Steve Jobs") ou celui de la randonnée sauvage qui tourne mal ("127 heures"), Boyle ressuscite les héros – toujours amis, toujours glandeurs, toujours habitants le quartier de Leith…? – qui l’ont fait connaître internationalement il y a plus de 20 ans. Grâce à un budget serré de moins de 2 millions de livres sterling, ce succès surprise de l’hiver 1996 avait réussi l’exploit de rapporter à ses producteurs plus de… 25 fois la mise engagée, et ce rien que sur le territoire anglais! Vont-ils réitérer l’exploit?

Trainspotting 2

Hexagonal

Mais que serait une année de cinéma sans ce cher bon vieux cinéma français? Une fois de plus, ce sera le grand écart entre les films "de bonne facture pour un public multigénérationnel" et ceux calibrés pour les jeunes qui ne se déplacent qu’en bandes, adeptes de la séance de 15h dans les malls péri-urbains. Dans la première catégorie, Elsa Zylberstein et Patrick Bruel endossent les habits des parents dans "Un sac de billes" d’après l’œuvre du vétéran Joseph Joffo. Dans la seconde, c’est l’adaptation d’une BD culte qui attire tous les regards. Dans "Seuls", le monde se retrouve en une nuit vidé de tous ses adultes. Les ados ont les cartes en main. Mais pourront-ils les jouer dans le bon ordre?

Un sac de billes

Une pointe de classe…

L’excellent réalisateur chilien Pablo Larrain a abandonné son pays pour diriger Natalie Portman dans le rôle de Jackie Kennedy. Ce biopic intitulé sobrement "Jackie", acclamé par la critique US, nous raconte les jours et les semaines qui suivirent l’assassinat du président. Un film qui devrait valoir, si on en croit la rumeur, une certaine statuette dorée à son actrice principale…

Jackie

Les suites (et leurs suites)

Les éphémérides d’une future année de cinéma ne seraient pas complètes sans les sacro-saintes suites. Elles rassurent les investisseurs mais aussi une grande partie du public, en promettant une certaine nouveauté tout en restant en terrain connu. Cette année, le chef vous propose: du rire avec "Moi, moche et méchant 3" ou "OSS 117", également troisième du nom. Nous aurons également droit à la suite de l’excellente parodie jamesbondienne survitaminée "Kingsman", et à celle des tonitruants "Gardiens de la Galaxie". Sans oublier l’incontournable "Star Wars" (Episode VIII). Même si les experts misent plutôt, en termes d’originalité, sur les revisites de King Kong ("Kong: Skull Island") ou de l’univers d’"Alien" évoqué plus haut, avec "Alien: Covenant", qui devrait faire le lien entre la quadrilogie et le spin-off qu’est "Prometheus". Vaste programme…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés