"Limetown", une série toute en tension

©RV DOC

Dès ce mercredi, sur Facebook Watch, "Limetown" nous plonge dans un monde brumeux, où l’attrait du mystère compense le manque d’éclat alentours.

Surfant sur la hype actuelle des adaptations de tout poil, "Limetown" revisite le podcast du même nom qui, dès sa sortie en 2015, est devenu l’un des succès les plus retentissants du podcast fictionnel. Avec le même duo créatif aux commandes (Zack Akers et Skip Bronkie), la version série TV de "Limetown" est une adaptation fidèle, voire un peu scolaire, de son pendant sonore.

"Limetown"

Sur Facebook Watch.

Note: 3/5

Créée par Zack Akers et Skip Bronkie (USA | 2019)

On y suit l’enquête de Lia Haddock, journaliste pour une radio publique, décidée à résoudre le mystère de Limetown, une ville dédiée à la recherche neuroscientifique dont la totalité des habitants a soudainement disparu il y a quelques années. Secret étouffé, l’affaire irrésolue se lie au parcours personnel de Lia, déterminée à en apprendre davantage. Donnant au passage à la série la légitimité d’un certain star-system, Jessica Biel incarne l’héroïne froide et relativement isolée, archétype auquel nous ont habitués les histoires de détective, mais qui confond ici complexité et impassibilité (comme en témoigne l’une des scènes de masturbation les plus flegmatiques du petit écran).

Pourtant, servis en format de 30 minutes et au compte-gouttes chaque mercredi, les épisodes parviennent à miser sur l’atout principal de l’adaptation: le suspense. Présente et travaillée, la tension qui traverse "Limetown" est la meilleure raison de se plonger dans la série. Enfin, après sa version podcast. 

Limetown

Lire également

Publicité
Publicité