Malmené, Cannes reste la Mecque du ciné business

Dernier film des frères Dardenne, "Le jeune Ahmed" sera le porte-drapeau du cinéma belge à Cannes. ©Christine Plenus

Le Festival de Cannes, c’est aussi un immense marché où s’élabore le montage financier des films de demain. Les Belges y seront en force avec "Le jeune Ahmed" des frères Dardenne en porte-drapeau.

Tapis rouges, montée des marches, strass et paillettes. Alors que la 72e édition du Festival de Cannes s’ouvre ce soir, d’aucuns disent le Festival fragilisé. L’édition 2018 avait été marquée par une faible présence américaine. Le Festival s’est aussi brouillé avec Netflix. À la demande du lobby des exploitants de salles, il a en effet imposé qu’un film sorte en salles pour qu’il soit présenté sur la Croisette, excluant de facto le géant du streaming. Il doit aussi faire face à des festivals comme Toronto ou Venise. Tous deux bénéficient d’un calendrier favorable – septembre – propice à la sortie de films à même de concourir aux Golden Globes et aux Oscars en début d’année.

LIRE AUSSI

>Cannes ouvre en grande pompe ce mardi 14 mai. Aux commandes pour arbitrer la grand-messe: Alejandro González Iñárritu, le réalisateur de "Birdman" et "The Revenant". Favorisera-t-il les habitués de la Croisette? (L'Echo du 14/5/19)

Marché du film

Ses défenseurs assurent au contraire que Cannes reste la référence sur le plan artistique, y compris outre-Atlantique – quatre films américains figurent cette année dans la sélection officielle — mais aussi sur le plan économique. Car le grand public l’ignore peut-être, le Festival de Cannes, c’est aussi un gigantesque marché du film dont les entrailles du Palais des festivals sont l’épicentre. En 2018, plus de 12.400 professionnels du 7e art y étaient accrédités. D’après les organisateurs, ils devraient être plus nombreux cette année.

Les chiffres clés

Plus de 12.000 professionnels

Le Marché du film réunira plus de 12.000 professionnels du cinéma accrédités, dont environ 400 Belges. À cela s’ajoutent 4.500 journalistes.

1 milliard €

Selon certaines sources, le montant total des transactions générées par le Marché du film dépasserait le milliard d’euros.

14 films

Les producteurs, réalisateurs et acteurs belges seront présents dans 14 films montrés au Festival.

200 millions €

Les retombées économiques du Festival sont estimées à 200 millions d’euros pour un budget total de 20 millions.

Le Marché du film, c’est là où s’effectue le commerce international des films. C’est un immense lieu de networking où professionnels du cinéma se rencontrent pour présenter et découvrir près de 4.000 films et projets dans une trentaine de salles de projection. Les plus nombreux sont les producteurs qui viennent pour présenter et tenter de monter leur projet (scénario, casting…), c’est-à-dire trouver du financement auprès d’autres producteurs, d’investisseurs privés, d’organismes publics (tel le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel chez nous), de fonds régionaux (Wallimage, Screen Brussels…), ou de mécanismes fiscaux (comme le Tax shelter). On y retrouve aussi des vendeurs internationaux qui vont chercher des distributeurs pour assurer la diffusion du film sur leur territoire national. Selon certains, le montant total des transactions générées par ce marché dépasserait le milliard d’euros.

"Cannes c’est le premier marché du film du monde devant Berlin", confirme Eric Franssen, directeur de Wallonie Bruxelles Images. Avec son équivalent flamand, Flanders Image, cet organisme de promotion du savoir-faire audiovisuel de la Communauté française accueillera sur un stand commun les 400 professionnels belges attendus à Cannes: producteurs, distributeurs, réalisateurs, financiers, fonds d’investissement régionaux et même le SPF Finance (pour le Tax shelter). C’est dans ce haut lieu de réseautage que seront organisées des rencontres de coproduction entre pays francophones ou non francophones (Allemagne, Danemark, Portugal, Palestine), que les professionnels pourront organiser leurs rendez-vous, etc. Cette union des forces a d’ailleurs permis de limiter le budget total à quelque 100.000 euros.

"Nous assurons la promotion de nos films présentés au Festival et au Marché du film", résume Eric Franssen. Le cru 2019 est plutôt faste puisque les producteurs, réalisateurs, et acteurs belges seront présents à travers 14 films présentés dans les différentes sections (Sélection officielle, Semaine de la critique, Quinzaine des réalisateurs, ACID). "Évidemment, la présence en compétition officielle d’un film majoritairement belge, celui des frères Dardenne ("Le jeune Ahmed", NDLR), double palmés d’or, est une belle locomotive pour nous", se félicite-t-il.

LE JEUNE AHMED Bande Annonce (Cannes 2019) Frères Dardenne, Drame

D’énormes retombées

Au-delà de ce Marché du film, le Festival de Cannes reste aussi une jolie machine commerciale. Son budget s’élève à 20 millions d’euros, financé à 50/50 par les pouvoirs publics (ville de Cannes, département des Alpes maritime, région PACA…). et des sponsors privés (L’Oréal, Chopard, HP, Renault, Kering, MasterCard).

Durant la douzaine de jours que dure le Festival, Cannes voit sa population quasiment tripler. Résultat: ses retombées économiques sont estimées à 200 millions d’euros, dix fois plus que son budget.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect