"Misbehaviour" | Quand le Women’s Lib s’emparait de Miss Monde

©Path Productions

"Misbehaviour" relate un événement peu connu chez nous de l’histoire des concours de beauté, l’attaque par des féministes anglaises de l’élection de Miss Monde en 1970. Une action de protestation qui mit la lumière sur leur mouvement.

À l’époque de la guerre du Vietnam, l’acteur-humoriste américain Bob Hope se déplaçait pour encourager les troupes US. Il était accompagné de Miss Monde 1969, une grande Autrichienne blonde qui, par la suite, décrocha quelques rôles de James Bond girl. Bob Hope animait régulièrement les cérémonies de remise des Oscars comme les élections de Miss Monde. Dans cette comédie, réalisée par Philippa Lowthorpe, Hope est savoureusement incarné par Greg Kinnear. Il le dépeint comme un chauviniste mâle peut-être pas si caricatural que ça pour l’époque.

Comédie

"Misbehaviour"

♥ ♥ ♥

de Philippa Lowthorpe,

avec Keira Knightley, Gugu Mbatha-Raw et Greg Kinnear

À la fin de cette décennie justement, le Women’s Lib (et son corollaire français le MLF) venait de se lancer. Keira Knightley, une actrice profondément féministe, ne pouvait pas refuser un tel film. Elle joue, ici, une jeune agrégée en Histoire, mère célibataire, qui parvient non sans peine – parce que le jury est exclusivement constitué par des hommes – à être admise comme professeure à l’University College of London. Lorsqu’elle s’aperçoit que sa petite fille copie les attitudes des finalistes à Miss Monde qu’elle voit à la télé, Keira rejoint le mouvement féministe. Car, pour elle, ce concours est sexiste et dégradant pour les femmes. Elle deviendra même la porte-parole du comité anti-Miss Monde.

Gagner une place dans le monde

Quant à investir une cérémonie pour délivrer un message féministe, on se rappellera qu'Adèle Haenel n’a rien fait d’autre lors de la dernière édition des Césars.

"Misbehaviour" (signifie "mauvaise conduite" en anglais) apporte quelques nuances intéressantes. Ainsi, en 1970, c’est Miss Grenade qui remporta l’élection. Pour la première fois, une candidate noire était élue. Alors que les féministes s’infiltrent au Royal Albert Hall où se tient le concours, le personnage joué par Keira rencontre la nouvelle gagnante. Ce face à face entre les deux femmes est peut-être le meilleur moment du film. Car que dit la nouvelle Miss Monde? "Pour la première fois, c’est une Noire qui a gagné une place dans le monde." Et là, l’équation sexisme + racisme prend du sens. Le scénario est une mosaïque des expériences des participantes à l’événement. Elles en ont toutes conservé des souvenirs excitants, y compris celles qui furent arrêtées pour trouble de l’ordre public. On regrettera parfois que les dialogues ne soient pas un peu plus peps mais l’idée générale l’est. Quant à investir une cérémonie, retransmise en direct à la télé, pour délivrer un message féministe, on se rappellera qu'Adèle Haenel n’a rien fait d’autre lors de la dernière édition des Césars. Les féministes anglaises de 1970 avaient ouvert la voie.

Bande-annonce "Misbehaviour"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés