"Promising young woman", une comédie noire et féministe

Carey Mulligan (front) stars as 'Cassie' and Bo Burnham (back) stars as 'Ryan“ in director Emerald Fennell’s PROMISING YOUNG WOMAN ©Merie Weismiller Wallace; SMPSP

"Promising Young Woman", de la Britannique Emerald Fennell, n’a pas volé son Oscar du meilleur scénario. Ce revenge porn féministe se suit comme un thriller auquel la réalisatrice et Carey Mulligan, sa star, ont apporté une double dose d’humour.

On accroche à ce premier film très pop d’Emerald Fennell dès le générique de début et sur les notes de "Boys", le hit de Charli XCX. Dans une boîte de nuit essentiellement investie par des hommes en costume-cravate, le personnage de Carey Mulligan apparaît complètement ivre et prêt à s’affaler sur une banquette. Un groupe d’hommes la mate, la trouve "bien roulée" et l’un d’eux va tenter de profiter d’elle.

La réalisatrice anglaise, qu’on a aussi pu voir comme actrice dans "The Crown", a expliqué l’idée de départ de "Promising Young Woman". "Il s’agit, malheureusement, d’une part importante de la culture de la nuit où l’on jette peu l’opprobre sur les hommes qui abusent de femmes saoules. C’était pratiquement devenu un lieu commun dans ma jeunesse. Et je crois que dans de nombreux endroits, ce l’est encore", a-t-elle confié à la BBC. D’où l’idée d’une jeune femme qui, sept ans après les faits, va tenter de venger sa meilleure amie violée par un homme lors d’une soirée arrosée.

Les scènes proches de la comédie romantique permettent à "Promising Young Woman" de respirer et de ne pas sombrer dans le registre gore.

Ne pas compromettre l’avenir des garçons

Carey Mulligan, l’une des meilleures actrices anglaises de sa génération, a, ici, la possibilité de jouer sur plusieurs registres. Celui de la comédie, du thriller, de la satire. Son personnage, Cassie, vit toujours chez ses parents, a abandonné ses études de médecine, travaille dans un café et tous les week-ends, elle entreprend de venger son amie violée – et on l’apprendra, décédée –, en mettant K.O. – sans pour autant les tuer – les participants à la beuverie tragique. Tous, y compris une autre jeune femme qui a assisté aux faits sans s’y opposer et y compris la rectrice de la faculté de médecine qui a accordé le bénéfice du doute au violeur "parce qu’il ne faut pas compromettre l’avenir du garçon". Chaque scène de vengeance est soigneusement mise en scène jusque dans les détails des costumes et des maquillages qui déploient des trésors d’inventivité.

Bande-annonce "Promising young woman"

Dénoncer la culture du viol

Entièrement dévouée à sa mission, Cassie en oublie jusqu’à la date de son anniversaire… Une lueur d’espoir apparaît lorsqu’un de ses anciens condisciples, devenu pédiatre, refait surface. Un gars cool, drôle, attachant. Et il connaît même les chansons de Paris Hilton… Cassie pourrait, grâce à lui, déposer les armes de la vengeance et du ressentiment. Et, qui sait, avoir un avenir radieux comme la jeune femme pleine de promesses qu’elle était avant cette histoire. Les scènes proches de la comédie romantique permettent à "Promising Young Woman" de respirer et de ne pas sombrer dans le registre gore. Et c’est tout le mérite du film qui dénonce la culture du viol, la quasi-immunité des coupables qui n’éprouvent ni honte ni sentiment de culpabilité… Et parviennent à réussir leur vie alors que leurs victimes n’ont eu droit à rien. Outre l’Oscar du meilleur scénario, "Promising Young Woman" a obtenu le Bafta du meilleur film britannique.

Comédie / Thriller

"Promising Young Woman"

D’Emerald Fennell, avec Carey Mulligan, Bo Burnham, Alison Brie et Adam Brody.

Note de L'Echo: 4/5

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés