Rien que le meilleur de l'animation

©RV DOC

Cela fait longtemps que le cinéma d’animation n’est plus réservé aux seuls enfants, la preuve par le festival Anima qui s’ouvre ce soir.

Ce vendredi 13 février en soirée, à Flagey, s’ouvre officiellement la 34e édition du Festival International du film d’animation de Bruxelles (Anima). Comme chaque année, l’événement se fera la vitrine privilégiée du cinéma d’animation en présentant plus de 300 productions venues du monde entier. Jusqu’au 22 février, les studios de Flagey accueilleront des compétitions nationales et internationales de courts et de longs métrages, des avant-premières exclusives, des conférences, des ateliers, des expositions et un florilège d’autres activités.

Pour les non Bruxellois, il ne sera pas toujours nécessaire de se déplacer jusqu’à la capitale pour profiter du spectacle. Une partie de la programmation est proposée dans diverses villes de Belgique – Charleroi, Mons, Liège, Namur, Ostende, Gand, Anvers et Louvain – faisant fi d’une quelconque frontière linguistique.

Événements spéciaux

Lors de la soirée d’ouverture officielle ce vendredi 13, c’est "Shaun The Sheep Movie" qui sera présenté en avant-première. Mark Burton et Richard Starzak, connus pour leurs aventures en pâte à modeler avec "Wallace et Gromit", "Chicken Run" et plus récemment, "Pirates! Bons à rien, mauvais en tout", reviennent cette fois pour conter, toujours avec cet humour british si typique, les mésaventures du monton Shaun et de son troupeau dans la grande ville. Le film sortira ensuite en salle dans notre pays le 8 avril prochain.

Pour cette édition, le Festival Anima a choisi de placer en évidence la Lettonie et les Pays-Bas.

Pour cette édition, le Festival Anima a choisi de placer en évidence la Lettonie et les Pays-Bas, deux pays aux traditions distinctes en matière d’animation. Le premier est réputé pour sa maîtrise de l’animation en volume tandis que le second montre son savoir-faire dans le maniement du crayon et du dessin. Un programme spécial de courts-métrages est prévu pour chacun. On retrouvera entre autres un documentaire sur l’œuvre du Hollandais Joop Geesinck et une série de films lettons pour enfants.

Mais l’animation, ce n’est pas que pour les petits. Le festival démarrant sous les auspices voluptueux de la Saint-Valentin, il n’est pas inutile de faire mention du programme "Parlez-moi d’amour" du 14 février se composant de courts-métrages, certes romantiques, mais aussi… érotiques. Quant à l’incontournable "Nuit animée", elle se déroulera le samedi 21 février.

C’est du Belge

Anima n’oublie pas de mettre le cinéma belge à l’honneur. Notre pays est réputé dans le monde pour ses talents créatifs, mais aussi techniques. On retrouvera ainsi des séances "C’est du Belge" comprenant deux programmes de courts-métrages, l’un avec des œuvres de professionnels et l’autre compilant celles d’étudiants en animation.

"The Boxtrolls" de Graham Annable. ©RV DOC

"Les 108 Rois-Démons" de Pascal Morelli, réalisation française coproduite par la société belge Scope Invest et co-financé par Bruxellimage, est un mélange d’animation3D des prises de vue réelles faites en Belgique. Ce long-métrage à découvrir en avant-première (en salles le 18 février) est une excellente preuve de l’attrait de notre pays dans ce domaine quand on sait qu’il a demandé deux semaines de tournage sur fond vert en studio à Bruxelles, mais aussi qu’il compte dans sa production 40 techniciens et 15 comédiens belges, sans parler du matériel technique (caméra, éclairage, machinerie et sonorisation) lui aussi géré par des sociétés belges. Autre co-production belge à l’affiche d’Anima, "Extraordinary Tales" de Raul Garcia a vu son compositing réalisé par le studio liégeois Digital Graphics. Sans oublier, bien sûr, "Le Chant de la mer", coproduction belge et surtout nominée aux Césars du 20 février pour le Meilleur film d’animation.

©RV DOC

Le cycle Futuranima n’est pas en reste en ce qui concerne la promotion des talents belges. Durant ces 4 journées de conférences, du 18 au 21 février, on pourra assister à un Masterclass du Belge Marlon Nowe. Celui, formé à l’école du KASK à Gand, a été engagé par les Studios Disney et a apporté sa touche d’animateur notamment sur "Les Mondes de Ralph" et "La Reine des neiges". Il a également participé à "Big Hero 6", programmé durant le festival et en salles chez nous depuis ce 11 février. L’animatrice belge Kristien Vanden Bussche, spécialisée en stop motion, viendra elle aussi parler des facettes de son métier. Elle a dernièrement travaillé pour le "Frankenweenie" de Tim Burton et sur les "Boxtrolls" (aussi à voir lors du festival). Toujours dans le cadre de Futuranima, une conférence présentera deux projets en cours réalisés en partie en Belgique et qui dépeignent des destins en temps de guerre: "Cafard" de Jan Bultheel et "Un Monde truqué" d’après l’univers de Tardi.

Les Open Screenings accueillent tous les réalisateurs belges désireux de montrer leur film et la séance du PechaKucha révèle des projets belges en passe de concrétisation. Deux manières de faire de se faire probablement de belles surprises, parmi la multitude d’autres développées par le festival. On a dix jours pour s’en mettre plein les mirettes.

Festival Anima, du 13 au 22 février, à Flagey à Bruxelles et dans plusieurs villes belges, www.animafestival.be.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés