"Rocks" | London calling

©rv

"Rocks", le nouveau film de Sarah Gavron, est à la fois un teen drama et un film féministe. La réalisatrice anglaise a choisi, en effet, une équipe 100% féminine pour le tourner et son casting est, lui aussi, majoritairement féminin. Une fameuse bande de filles prête à affronter toutes les galères.

Serait-ce un Ken Loach au féminin comme le proclament ses producteurs? Oui et non. Sarah Gavron, dont on avait pu apprécier en 2015 "Sufragettes" qui affichait un casting cinq étoiles, a, cette fois, quelque peu changé son fusil d’épaule. Féminin et féministe, "Rocks" l’est certainement. Social aussi. Parfois très tire-larmes, oui. Mais plutôt punchy et quelques fois joyeux aussi.

Drame

 "Rocks"

♥ ♥ ♥ ♥

de Sarah Gavron,

avec Bukki Bakrai, Kosar Ali et D’Angelou Osei Kissiedu

Le scénario de "Rocks" est né d’une volonté collective – d’elle et de ses coscénaristes Theresa Ikoko et Claire Wilson – de décrire la génération Z multiculturelle qui peuple Londres et sa banlieue. Le choix des actrices s’est fait dans des écoles du centre de Londres où les lycéennes portent des uniformes lilas et gris. La plupart des gamines sélectionnées n’avaient aucune expérience du cinéma. Et c’est au cours de tournage qu’elles ont développé des liens d’amitié. Pour les mettre à l’aise, la réalisatrice a choisi de les filmer avec deux ou trois caméras à la fois. Ce qui rend le film extrêmement vrai et vivant.

Bande de filles

Autour du personnage de Rocks, qui donne son titre au film et est interprétée par la magnifique Bukki Bakrai, une Anglo-Nigériane, on découvre des ados originaires de Somalie ou de Pologne ainsi que quelques "vraies" Anglaises rousses ou blondes. Ce qui frappe, c’est que la majorité d’entre elles est issue de classes défavorisées ou de la classe moyenne inférieure. Et qu’à aucun moment, on ne verse dans le racisme.

Les copines, dans le film, c’est tout un monde. C’est au sein de cette bande de filles que Rocks puise sa force, qu’elle peut rêver d’avenir, rire et danser.

Rocks, forte comme le roc, vit dans le Nord de Londres avec sa mère et son petit frère Emmanuel. Jusqu’au jour où sa mère dépressive disparaît en lui laissant quelques billets et un petit mot. Pour échapper aux services sociaux alertés par une voisine, Rocks fugue avec son frére, loge dans un hôtel miteux, cherche un petit job et finit par sonner à la porte d’une de ses bonnes copines. Les copines, dans le film, c’est tout un monde. C’est au sein de cette bande de filles qu’elle puise sa force, qu’elle peut rêver d’avenir, rire et danser. Parce que chez elle, c’est impossible. Rocks et son petit frère connaîtront une fin (de film) heureuse qu’on s’en voudrait de révéler. En tout cas, ils iront voir la mer qu’ils n’ont jamais vue et qui ressemble, d’après une de leurs amies, à celle qu’on voit en Italie. Et si on n’a pas versé une larme jusque-là, à la fin, on ne peut la retenir.

Bande-annonce "Rocks"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés