Romance tragique pour un été

Un look très "eighties" pour ce mélo signé François Ozon. ©doc

Dans "Été 85", de François Ozon, les garçons ont le look du groupe Wham! Ils s’aiment, se quittent et se promettent de danser sur la tombe de celui qui mourra le premier. Le film nous rappelle un peu "Call Me By Your Name"...

Une passion adolescente entre deux garçons en été. C'est le thème du film "Eté 85", comme il l’était pour "Call Me By Your Name". Avec toute la panoplie du début des années 80, les groupes à la mode, les fringues, les coiffures… Mais la sensualité et le focus sur la découverte du premier amour que l’on trouvait dans le film de Luca Guadagnino, sorti il y a trois ans, nous ont parue absents dans "Eté 85". C’est qu’ici, on découvre très vite qu’il y a eu un drame.

Basé sur le roman anglais "Dance On My Grave", d’Aidan Chambers paru en 1982, "Eté 85" a pour décor une station balnéaire normande. Après un naufrage en mer, Alex, un jeune blondinet, est sauvé de la noyade par David, un séduisant jeune homme qui semble avoir toutes les qualités pour devenir son meilleur ami. L’amitié se transforme rapidement en relation amoureuse dans laquelle Alex souhaiterait avoir l’exclusivité – ce qui n’est pas au programme de David. "J’aime le changement, une personne, c’est pas assez!", lance-t-il à son copain.

"Eté 85" (Diaphana Productions, 2020)

Entre le début et la fin de leur histoire, six semaines se seront écoulées. Le beau David perd la vie dans un accident de moto. C’était pourtant celui des deux que l’on imaginait croquer la vie longtemps. Les circonstances de son décès n’apparaissent pas très clairement et ce qui s’ensuit nous a laissé quelque peu en bord de route… Est-ce parce que le personnage d’Alex est le moins charismatique des deux? Est-ce parce que la scène de la danse sur la tombe du défunt – qui donne son titre au roman original – aurait pu être plus spectaculaire et émouvante?

Pas de voyeurisme

François Ozon a choisi de jeunes acteurs encore inconnus pour incarner ses héros. Benjamin Voisin et Félix Lefebvre n’ont pas été amenés à jouer une scène de sexe car, l’intention du réalisateur n’était pas d’aller vers le voyeurisme. Ce qui peut être apprécié, mais nous incite plutôt à devoir imaginer la vraie nature de leur relation. Autour d’eux, quelques acteurs de premier ordre s’imposent comme Valeria Bruni Tedeschi en parfaite mère de David, un ado à qui elle a donné tout son amour et qui devra en faire son deuil. Isabelle Nanty, qui incarne la mère d’Alex, est son parfait contrepoint. L’une étant issue de la bourgeoisie, l’autre de la classe populaire. La bande originale, signée par Jean-Benoît Dunckel, du groupe Air et sur laquelle figurent The Cure mais aussi "Sailing" de Rod Stewart, passe pour un personnage à part entière. Le plus évocateur de cet été des eighties.

Drame/Romance

☻ ☻ ☺

Été 85

De François Ozon, avec Benjamin Voisin, Félix Lefebvre, Valeria Bruni Tedeschi, Isabelle Nanty.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés