Whitney, une tragédie pop

©doc

Whitney Houston, c’était la prom queen de la pop dans les années 80. Elle chantait avec le cœur et les tripes et vendit deux cents millions d’albums. Un documentaire exceptionnel raconte son ascension et sa descente aux enfers.

Réalisé par un Écossais, Kevin Macdonald, le documentaire sur Whitney est abondamment enrichi par les témoignages des proches de la chanteuse ainsi que par les images d’archives. Il nous parle de l’histoire d’une femme, d’une famille, du show-biz et de l’Amérique. Une gamine avec une peau trop blanche pour les Noirs – à l’école, elle subissait le harcèlement de ses camarades de classe plus noirs de peau –, trop noire pour les Blancs – elle rallia les suffrages du public blanc le jour où elle entonna l’hymne américain au Super Bowl, ce qu’aucun artiste black n’avait pu réaliser avant – et trop belle.

Oui, elle était si belle qu’elle ne finirait pas comme simple choriste. Sa mère avait été la choriste d’Aretha Franklin et d’Elvis Presley. Whitney allait devenir la star du label Arista dirigé par Clive Davis qui, dès 1983, imagina le package Whitney Houston. C’est lui qui eut l’idée de la diriger vers la pop et de lui faire quitter la soul music. À dix-neuf ans, elle possédait déjà tous les atouts des stars. Et les hits, elle les accumule dans les années qui suivent. "Saving all my love for you", "I wanna dance with somebody"

©AFP

Son deuxième album sera numéro 1 durant sept mois et six fois disque de platine. Autour d’elle, la famille prend place. Ses frères lui tiennent lieu à la fois de bodyguards, de musiciens et de dealers. L’un d’eux témoigne, dans le documentaire, que c’est lui qui a fait goûter de la cocaïne à Whitney alors qu’elle n’avait que seize ans. Le père, lui, veut faire office de boss à la Whitney Houston Enterprise. Et tous perçoivent un salaire.

Whitney fut la première femme noire à obtenir un premier rôle à Hollywood. Sa performance dans "The bodyguard", avec Kevin Costner, fut saluée par une certaine critique mais surtout plébiscitée par le public. Le film, sorti en 1992, engrangea quatre cent onze millions de dollars.

Le soundtrack, lui, se vendit à quarante-cinq millions d’exemplaires. À partir de là, de son plus grand succès, tout va se déglinguer dans la vie de Whitney. Son mariage, sa santé, sa carrière. Elle mourra noyée dans une baignoire du Beverly Hilton en février 2012. Un mélange de coke et d’alcool en fut la cause. La fin atroce et cruelle d’une histoire américaine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content