Publicité

La rentrée du design

Le DAC (Danish Architecture Center) présente une rétrospective du travail de la designer danoise Cecilie Manz. ©Rasmus Hjortshoj

Plus que jamais, le mois de septembre marque la rentrée du design aux quatre coins de l’Europe.

Milan, Copenhague, Paris, Londres, Helsinki, Bruxelles: l’effervescence est bien là mais avec parfois ce goût amer que finalement rien n’a vraiment changé dans un monde où les ressources naturelles sont de plus en plus précieuses.

Les designers belges émergents étaient présents à Milan, grâce à WBDM (Wallonie Bruxelles Design Mode) qui les rassemble sous l’intitulé "Belgium is Design" et qui leur offre de cette manière plus de visibilité. Cette édition a notamment été marquée par la présentation du court-métrage "The Object Becomes" réalisé par Alexandre Humbert en collaboration avec Giovanna Massoni. À travers les mots et les gestes, il accompagne le travail de neuf protagonistes du design circulaire. Lionel Jadot, que l’on ne présente plus, a embarqué avec lui les occupants de Zaventem Atelier pour une exposition à leur image: hétéroclite et pluridisciplinaire.

Au Salon Maison et Objet à Paris, on notera la première participation de la nouvelle petite marque de design 100% belge Mlle Jo, qui favorise un savoir-faire local

Mais la véritable star belge dans la capitale du design, c’est Alain Gilles dont on ne compte plus les collaborations avec des marques de mobilier internationales. Cette année, c’est pour la prestigieuse maison de Chaussures Fratelli Rossetti qu’il conçoit une version revisitée d’un modèle iconique.

Du côté du Salon Maison et Objet à Paris, on notera la première participation de la nouvelle petite marque de design 100% belge Mlle Jo, qui favorise un savoir-faire local.

Brussels Design September

Autant la capitale belge a su s’imposer à l’occasion de la rentrée de l’art contemporain avec le Brussels Gallery Weekend, autant le Brussels Design September peine toujours à rayonner. Pourtant, il n’en demeure pas moins qu’il y a quelques pépites à y découvrir.

Lise Coirier, avec son énergie débordante et avec l’aide de son époux Giuseppe Simeone, investit 3 lieux: la Galerie Spazio Nobile avec "Windows", un solo show de Frederik Vercruysse; juste en face, au Spazio Nobile Studiolo, on découvre "Encres bleues" de Tomáš Libertíny; et un peu plus bas dans la ville, "Le Sacre de la Matière" inaugure son deuxième chapitre à l’Ancienne Nonciature du Grand Sablon, somptueuse demeure qui accueillait à une époque l’ambassade du Vatican à Bruxelles. L’exposition y rassemble 10 artistes dont l’esprit se retrouve au cœur de la matière.

Le Musée Horta s’amuse des motifs Art nouveau et offre pour la première fois ses espaces à cinq artistes

Le Musée Horta, lui, s’amuse des motifs Art nouveau et offre pour la première fois ses espaces à cinq artistes: le duo belge Chevalier-Masson, les Français Pierre Marie et Nicolas Stolarczyk, et le Suisse Christoph Hefti. Quatre pièces du musée sont investies avec des papiers peints dessinés sur mesure en parfait écho avec l’œuvre de Horta.

Cette fin de mois marquera l’ouverture de la deuxième galerie de Jean-François Declercq: La Bocca della Verità au Boulevard Clovis, près du square Ambiorix. Cachée derrière l’impressionnante devanture de la Maison Van Dijck, construite par l’architecte Gustave Strauven. Cette bâtisse des années 1900 est un joyau du patrimoine architectural bruxellois. La mission de ce nouvel espace? Donner un coup de projecteur aux nouvelles voix du design.

Devenu incontournable, le Brussels Design Market clôture ce mois de septembre et s’installe ce week-end dans la Gare maritime de Tour et Taxis, dont la récente rénovation vaut déjà à elle seule la visite.

Brussels Design September, jusqu’au 30 septembre 2021.

La justesse danoise

3daysofdesign à Copenhague s’est positionné en quelques années comme une valeur sûre de la scène internationale des événements design. En effet, les Danois sont plus que jamais décidés à montrer au monde à quel point le design fait partie de leur ADN et est le fruit d’un savoir-faire qui se perpétue de génération en génération. Fredericia, Louise Roe, Eilersen, Fritz Hansen, Royal Copenhague… Autant de sociétés qui conservent cette tradition d’un design sobre aux matériaux nobles et aux couleurs neutres tout en essayant de devenir un tant soit peu plus écoresponsables et éthiques.

C’est d’ailleurs dans ce sens qu’a vu le jour en 2006 la société Mater, basée sur une production circulaire et ayant pour leitmotiv est "Working with Waste". Filets de pêche, barils de bière Heineken, café, déchets plastiques industriels, autant de matières récupérées et réduites en petites granules pour ensuite trouver une nouvelle vie sous forme de mobilier.

De la sobriété à l’extravagance

Dans ce paysage danois aux lignes sobres, quelques atypiques viennent casser les codes. Comme les 200 m2 aménagés avec du design d’édition par le studio Tableau pour une thérapeute. Vases aux formes étranges, assises en matériaux bruts, luminaires faits de matériaux de récupération… un ensemble qui à coup sûr risque de dérouter les patients!

Ou encore la pétillante designer Helle Mardahl et ses objets en verre coloré inspirés directement des bonbons. Elle avoue elle-même devoir prévoir quelques créations aux couleurs sobres pour le public danois.

Dans la future capitale mondiale de l’architecture 2023, le design ne se vit pas que dans les superbes showrooms. Copenhague est une leçon de design à l’échelle XXL. Transports, architecture, mode, intérieurs, gastronomie, tout converge vers une expérience globale dans une ville où tout semble fonctionner sans problème.

Le DAC (Danish Architecture Center) présente une rétrospective du travail de la designer danoise Cecilie Manz. ©Rasmus Hjortshoj

Y. S. L.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés