Publicité

"H24", poignante de banalité

La série H24 disponible sur arte.tv. ©doc

Sur ARTE, Nathalie Masduraud et Valérie Urrea proposent une série de micro-épisodes, autant d’éclats de récits saisissant la violence du sexisme.

"H24" part d’un concept simple: présenter 24 heures de la vie des femmes. Ou plutôt, 24 fois 4 minutes d’exposition brute et aiguisée du sexisme auquel sont confrontées les femmes chaque heure de la journée. Ainsi, 24 comédiennes (Diane Kruger, Déborah Lukumuena, Romane Bohringer…) portent les mots de 24 autrices d’horizons différents: Christiane Taubira, Myriam Leroy, Aloïse Sauvage, pour ne citer qu’elles.

"H24" montre au contraire toute la banalité de ces situations quotidiennes.

Dans ce patchwork pluriel et varié, l’intérêt qui nous fait défiler les épisodes naît notamment de la familiarité: des mots prononcés par un inconnu dans le bus ou sur internet, des sifflements en traversant la rue, une scène violente face à laquelle on hésite à réagir. Et pour cause, chaque récit est inspiré de faits réels.

Loin d’en faire des fragments de vie héroïques ou exceptionnels, "H24" montre au contraire toute la banalité de ces situations quotidiennes, voire leur apparente normalité, comme le souligne le personnage de Camille Cottin dans l’un des épisodes de la série, avec les mots de Kaouther Adimi: "Personne ne bouge, comme si c’était normal. Mais c’est normal. Ça arrive tous les jours. Tous les putain de jours, H24".

Au fond, en égrainant ces situations par bribes, rapides et percutantes, "H24" est peut-être, plus que l’exposition d’une réalité ordinaire, un appel à la résistance.

Bande-annonce "H24"

Drame

"H24"

Par Nathalie Masduraud et Valérie Urrea

Avec Diane Kruger, Déborah Lukumuena, Romane Bohringer...

Réalisé en 2021

arte.tv

Note de L'Echo:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés