"Homecoming" revient avec ses atouts

Dans la saison 2 de "Homecoming", c'est Janelle Monáe qui se retrouve au centre de l'intrigue. ©Photo News

Janelle Monáe en tête, "Homecoming" s’épanouit dans les recoins du mystère qu’elle a construit lors de sa première saison.

Une femme se réveille seule dans une barque sans rames, au milieu d’un lac. Reprenant lentement ses esprits, elle tente de comprendre sa situation et passe le premier épisode à récolter des indices dont le reste de la saison éclairera le sens: un homme aperçu sur la berge au moment de son réveil, un melon sur le lit d’une chambre d’hôtel, un tatouage sur son avant-bras, un certain Alex avec qui elle se serait saoulée la veille, alors qu’elle ne se souvient pas de son propre prénom.

"Homecoming" (Amazone Prime)

♥ ♥ ♥ ♥ 

Créée par Eli Horowitz et Micah Bloomberg (2018 | USA)


Le premier volet de "Homecoming" était mené par Julia Roberts, dont on pensait qu’elle constituait son attrait principal et peut-être unique. C’était avant de voir se déplier délicatement l’intrigue forte, insensée et pourtant millimétrée de la saison, et son esthétique calme, élégante, tranchant avec un univers sonore acéré. "Homecoming" embarque ces atouts en saison 2, tandis que Janelle Monáe, grave et convaincante, prend à son tour place au centre de l’intrigue.

Avec son style ultra léché et son récit encastré dans celui de la saison précédente – dont elle est davantage tributaire qu’équivalente, en termes de qualité – la série a la brillante idée de conserver son format 30 minutes, plutôt surprenant pour le genre, qui assure des épisodes pleins, denses, qui ne perdent pas de temps à broder une intrigue déjà bien tendue.

Bande-annonce de la saison 2 de "Homecoming"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés