Publicité
Publicité

"Maid" raconte plus qu’elle émeut. Et c’est tant mieux.

En 10 épisodes longs, "Maid" aborde la pauvreté dans toute sa persistance et évite l’écueil d’une représentation sentimentale. Au prix, parfois, de la densité et de la spontanéité du récit.