"Queen Sono": l'Afrique entre en scène sur Netflix

Pearl Thusi, dans le rôle de Queen Sono, première production africaine de Netflix. ©Chris Duys / Netflix

Netflix poursuit sa lucrative tendance de séries locales pour audiences globalisées, avec la satisfaisante "Queen Sono" et son intrigue à l’échelle d’un continent.

Queen Sono (Pearl Thusi) est agente secrète pour le compte du Special Operations Group, une cellule basée en Afrique du Sud ayant pour mission emphatique de protéger le pays, voire le continent, de tout type de menaces internes et externes. Travaillant à démanteler une conspiration internationale, Queen enchaîne les missions périlleuses tout en dénouant les complications de sa vie personnelle.

« Queen Sono » (Netflix)

♥ ♥ ♥ 

Créée par Kagiso Lediga (2020 | Afrique du Sud)

 

Manquant un peu d’excitation, cette série d’espionnage n’est remarquable ni par son intrigue dont on attend parfois davantage de relief, ni par ses scènes d’action tout à fait correctes sans être notables. Mais dès son ouverture à la James Bond sur les paysages urbains de Zanzibar, il est évident que l’œil derrière la caméra n’est pas européen, qu’il est avisé, concerné, et familier de ce qu’il nous transmet.

La rappeuse zambienne Sampa the Great assène en fond sonore "Black Power", et la place de l’Afrique comme personnage à part entière de la série devient limpide.

Bientôt, la rappeuse zambienne Sampa the Great assène en fond sonore "Black Power", et la place de l’Afrique comme personnage à part entière de la série devient limpide.

Il est là, le cœur de "Queen Sono", la première production africaine de Netflix. Certes, cela ne suffira pas à nous tenir deux saisons, mais pour l’heure, la série mise gros, et à raison, sur la fraîcheur de sa perspective aux accents politiques assurés et à l’esthétique radieuse.

QUEEN SONO | Official Trailer | Netflix

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés