"Special", la bien nommée

©BETH DUBBER/NETFLIX

Après une première saison en 2019, "Special" revient avec une nouvelle fournée qui clôturera cette petite bombe acidulée.

À 21 ans, Ryan vit à Los Angeles avec sa mère. Son envie d’autonomie grandissant tous azimuts, Ryan envisage de chercher un stage professionnel, peut-être un appartement, éventuellement un amoureux… Mais tous ces projets sont colorés d’une réalité particulière: Ryan vit avec une paralysie cérébrale, une pathologie de naissance qui trouble ses capacités motrices.

Pleine de charme et de douceur, la sucrée "Special" n’en est pas moins d’une franchise qui laisse pantois·e. Sexualité, handicap, âgisme, grossophobie, prostitution, "Special" n’interroge pas, ne débat pas, ne suggère pas: elle affirme, et c’est galvanisant.

La deuxième saison offre à "Special" l’opportunité d’explorer davantage son territoire dans un format plus long, tout en clôturant ce qui doit l’être

En 2019, "Special" était apparue toute en discrétion sur Netflix, avec ses 8 épisodes d’une quinzaine de minutes, nominés quatre fois aux Emmy Awards. Scénarisée et produite par Ryan O’Connel, qui joue aussi le personnage principal de la série, celle-ci se laisse engloutir si facilement qu’on en reste un peu sur notre faim, de quoi se réjouir pour la deuxième (et dernière) saison diffusée ce jeudi, qui propose, elle, des épisodes de 30 minutes.

Bande-annonce "Special" Saison 2

Après le temps de l’introspection et des punchlines narratives, cette suite et fin annoncée offre donc à "Special" l’opportunité d’explorer davantage son territoire dans un format plus long, tout en clôturant ce qui doit l’être, un luxe qui n’est pas toujours accordé aux productions Netflix.

Comédie

"Special" (Netflix)

Créée par Ryan O’Connell (2019 | USA)

Note de L'Echo: 4/5

Retrouvez toutes nos chroniques dans notre dossier L'Echo des séries

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés