35 chefs-d’œuvre en bronze et 52 lithographies de Giacometti à Liège

Alberto Giacometti. ©Pierre-Yves Jortay - Cité Miroir

Avec "Alberto Giacometti – L’Humanité absolue", la Cité Miroir réunit propose d’appréhender l’histoire de l’artiste à la lumière de celle de Sartre. L’une des premières expositions monographiques d’ampleur de l’artiste en Belgique.

L’exposition, rétrospective, invite à observer les œuvres de Giacometti dans le regard de Sartre et sous le prisme de l’humanisme. Dès 1941 et surtout dans l’après-guerre, les deux hommes, liés par le contexte historique, politique et artistique, entretiennent une relation intense. Ils se découvrent une passion commune pour l’homme.

Exposition

«Giacometti – L’humanité absolue»
Commissariat: Émilie Bouvard, directrice scientifique et des collections, Fondation Giacometti, Paris

Du 17 octobre au 17 janvier à la Cité Miroir (Liège).

Sartre développe une pensée engagée, structurée autour des idées de liberté, d’angoisse devant la mort et de contingence. Autrui, la perception, la liberté sont également centrales dans l’œuvre de l’artiste.

Le visiteur pourra admirer de très près des œuvres de Giacometti s’étendant sur une trentaine d’années (1935-1965) lorsqu’il opère, définitivement, son retour à la figuration, et l’évolution de celle-ci.

Des bronzes et des lithographies

Une exposition organisée autour de deux grands ensembles: des bronzes à travers lesquels l’artiste s’efforce de capter la figure humaine à la juste distance – minuscules figurines, portraits en buste,…; et des lithographies exceptionnelles tirées de son livre mythique, «Paris sans fin» – texte inachevé, commandé en 1957, et testament de l’artiste. Il sera publié en 1969, trois ans après sa mort. L’ouvrage se présente comme un grand reportage graphique à travers la capitale: scènes de rues et de café, portraits, silhouettes, façades,… L’artiste croque son temps sur le vif.

Dans «La Recherche de l’absolu» (préface à la première exposition monographique de l’artiste en 1948), un texte annoté par Giacometti, Sartre écrit : « Je ne connais personne qui soit autant que lui sensible à la magie des visages et des gestes ; il les regarde avec une envie passionnée, comme s’il était d’un autre règne. »

Alberto Giacometti - l'Humanité absolue - La Cité Miroir | 17.10 - 17.01.2021

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés