La re-Lens grâce au Louvre?

Très lié à sa maison mère, le musée lensois attend un nouveau centre de conservation et 250.000 œuvres à y entreposer. ©Frederic IOVINO

3e musée le plus visité de France, en dehors de Paris, le Louvre-Lens peine à enclencher une réelle dynamique économique. Cela ne l’empêche pas de s’offrir 9 jours de festivités.

Ouvert en grande pompe le 4 décembre 2012, Le musée du Louvre-Lens tient de la volonté de l’état français notamment, de diffuser la culture dans une nation jacobine enfin convertie à la régionalisation. Le site lensois vise, entre autres, aux abords des pyramides de résidus miniers, à la redynamisation de l’agglomération lensoise, du Pas-de-Calais et au-delà des Hauts-de-France.

Le musée, c'est participer. ©Louvre - Lens

Une région qui est par ailleurs la région comptant le plus de musées en dehors de l’Ile-de-France: 80 musées labellisés "Musée de France" et 150 musées thématiques. Par ailleurs, des musées comme celui des beaux-arts de Lille et la Piscine à Roubaix estiment que l’apparition du Louvre-Lens dans le paysage muséal a eu un impact positif sur leur fréquentation, notamment celle originaire de la Belgique voisine.

Les visiteurs belges constituent le plus important contingent de visiteurs étrangers (près d’un sur deux est un compatriote) du nouveau musée et représentent 8% du total, ce qui est beaucoup et peu à la fois compte tenu de la proximité.

Les chiffres révèlent également que si les Lensois à plus des quatre cinquièmes s’estiment fiers de leur musée, ils ne représentent que 20% des visiteurs, la majorité d’entre eux venant des Hauts-de-France, près de 65% sur un total de 83, la région parisienne ne représentant que 9%. Il y aurait donc des efforts à fournir au niveau de la décentralisation du Francilien… pourtant distant de Lens de moins de deux heures.

527 emplois

Le musée a eu un impact bénéfique certain sur l’image de cette ville en déshérence d’un point de vue économique: 120 millions de retombées directes, 527 emplois créés dans la restauration et le tourisme, certes, mais seuls six hôtels ouverts offrant une capacité de 175 chambres. L’ouverture d’un 4 étoiles est seulement prévue d’ici deux ans, ce qui coïncidera avec celle du nouveau centre de conservation des réserves du Louvre: à terme, ce seront 250.000 œuvres qui y seront travaillées et conservées, avec quelques dizaines d’emplois à la clé.

"Les dessins à la mine de plomb ne sont pas prêts de remplacer les mines, et malgré des retombées en termes d’image, son attrait pour une population fragile reste assez limité."

Bref, les dessins à la mine de plomb ne sont pas prêts de remplacer les mines, et malgré des retombées en termes d’image, son attrait pour une population socialement et économiquement fragile reste assez limité même si la directrice du musée, Marie Lavandier, clame haut et fort "que la moyenne annuelle des visiteurs lensois est de 60.000, soit le double de la population".

Raison pour laquelle le musée, après une expo d’ouverture consacrée au folklore local dans le pavillon de verre, l’un des trois espaces d’expositions, en a dédié une autre au Racing Club de Lens à l’occasion de l’Euro 2016 de football. Reste que le Louvre est devenu, après une année d’ouverture à plus de 800.000 visiteurs (par effet de curiosité) et une fréquentation stabilisée à un peu moins d’un demi-million de visiteurs par an (total de près de 3 millions depuis l’ouverture), le troisième musée le plus visité de France, abstraction faite de Paris bien sûr!, devançant le Centre Pompidou de Metz.

Enfin, d’un point de vue purement sociologique, ce musée dont le projet est né avant la vague de "franchising" des deux grandes institutions muséales françaises que sont le Louvre et le Centre Pompidou, rendue nécessaire par les coupes opérées depuis l’ère Sarkozy, attire 18% d’ouvriers et d’employés, ce qui le place six points au-dessus de la moyenne nationale. Mais cela démontre aussi que si le Louvre Lens a bonne mine avec un taux de satisfaction de 94% des hôtes du lieu, il lui est indispensable d’un point de vue éducatif, à l’instar de tous les musées, de continuer à aller au charbon.

5e anniversaire, le programme des festivités

Le 4 décembre 2017, le Louvre-Lens aura cinq ans. Pour célébrer cet anniversaire, le musée propose 9 jours de fête, du samedi 2 au dimanche 10 décembre.

Pour les 5 ans du musée, 43 nouveaux chefs-d’œuvre prendront place dans la Galerie du temps, cœur du musée depuis son ouverture. Parmi ces derniers figurent un rarissime portrait en marbre de Pompée, "La Lecture de la Bible" de Jean-Baptiste Greuze, "La Vue de la ville d’Avignon" de Joseph Vernet, "Le jeune mendiant" de Murillo ou encore la "Table de Teschen", meuble d’orfèvrerie exceptionnel.

Au programme, par ailleurs, de ces neuf jours de fête, un bal populaire, des dégustations culinaires avec les restaurateurs lensois, des ateliers créatifs, des concerts, notamment de Jordi Savall, et un bal populaire. Une célébration en fanfare au sens propre puisque ce programme entièrement gratuit se clôturera en effet par un concert et défilé de fanfares, dans le parc d’un musée qui présente actuellement une expo consacrée à la musique.

Du 2 au 10/12 au Louvre-Lens, 99 rue Paul Bert à 623000 Lens. Louvrelens.fr. +33 3 21 18 62 62

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content