chronique

La vie des fils, trente ans défilent

Le Tamat sort de l'ombre avec une première exposition qui met en valeur l'expertise de son travail de conservation des tapisseries.

Installé depuis le début des années nonante au sein du Musée de la Tapisserie de la ville de Tournai, le TAMAT – Centre de la Tapisserie, des Arts Muraux et des Arts du Tissu de la Communauté française – sort de l’ombre avec une première exposition qui met en valeur l’expertise de son travail de conservation pour des tapisseries anciennes mais également des textiles contemporains. "Notre métier de conservateur-restaurateur, au-delà de l’infinie patience qu’il exige, est d’abord et avant tout de préserver la fibre d’origine, d’assurer la consolidation de la tapisserie et donc de ne jamais introduire de matériaux neufs – ce serait faire acte de création pour des chefs-d'œuvre qui ont traversé les siècles" précise d’emblée Yves Dupont, restaurateur à l’atelier du TAMAT. Avec son adjointe Fabienne Misson, ils ne sont que deux à assurer cette mission de conservation-restauration des textiles anciens ou contemporains pour des commandes privées ou publiques.

Le Tamat sort de l’ombre avec une première exposition qui met en valeur l’expertise de son travail de conservation des tapisseries.

Parmi les travaux aujourd’hui physiquement sur le métier, la restauration de tapisseries anciennes propriétés de l’ambassade des Etats-Unis et d’autres pièces textiles appartenant à Engie-Electrabel.

Expertise tournaisienne

"Après la validation du devis réalisé nécessairement sur place avant décrochage, nous prenons en charge l’œuvre depuis son lieu de conservation jusqu’à sa remise en place, ce chantier de restauration pouvant prendre, en fonction de l’ampleur de notre intervention, entre un mois et un an de travail", précise Fabienne Misson.

©TAMAT/Béatrice Pennant

La réputation et l’expérience des restaurateurs sont telles que d’autres musées, belges et étrangers, des antiquaires ou des collectionneurs privés recourent à cette expertise tournaisienne dans le traitement de ces textiles.

Le TAMAT a pour vocation également de conserver et de gérer les quelque 300 pièces des collections textiles de la Fédération Wallonie Bruxelles, sans parler des neuf tapisseries anciennes (XVe et XVIe) propriétés de la ville de Tournai, ville qui, pendant plus de deux siècles, fut la principale cité licière du pays.

Trente ans après avoir démarré ses activités, une exposition, jusqu’au 30 janvier prochain, témoigne, à travers de nombreuses pièces, anciennes et contemporaines, de la qualité du travail de restauration mais également de l’évolution d’un art textile relancé chez nous via le mouvement "Forces Murales" au sortir de la Seconde guerre mondiale.

"Des vies, des fils – 30 ans de conservation textile", jusqu’au 30 janvier, au Tamat, place Reine Astrid, 9 à 7500 Tournai. De 9h30 à 12h et de 14h à 17h. Fermeture le mardi, ainsi que le dimanche matin. Rens.: 069. 234.285 ou www.tamat.be.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content