SMart expose ses portraits d'artistes

©smart

La Société Mutuelle pour artistes a constitué une collection d’œuvres d’art autour de la thématique des "Portraits d’Artistes" qui est exposée pour la première fois dans son intégralité.

Depuis 2008, SMart (pour Société Mutuelle pour artistes) a constitué une collection d’art qui compte aujourd’hui plus de 300 pièces signées par 50 artistes parmi lesquels Marie-Jo Lafontaine, Stephan Balleux, Michael Matthys ou Johan Muyle, par exemple – vivant ou ayant vécu en Europe. Cette collection qui couvre diverses disciplines (peinture, sculpture, installation, photographie, dessin, BD, vidéo…) a la particularité de s’articuler autour du thème "Portrait d’artiste". "L’artiste a un rôle social qui est de questionner la société, souligne Sandrino Graceffa, administrateur délégué de SMart. Il doit produire une réflexion originale, d’où le choix éditorial de cette collection axée sur le regard de l’artiste sur lui-même."

La collection est pour SMart une façon d’attirer les artistes plasticiens, plus solitaires.

Construite autour de trois axes – le portrait des artistes, la réinterprétation d’œuvres par des artistes de générations ultérieures et les liens entre artistes et société – la collection élaborée par Julek Jurowicz et Judith Verhoeven, avec le concours d’Alain de Wasseige, résulte surtout d’achats d’œuvres préexistantes mais aussi de quelques commandes, et pas obligatoirement d’artistes présents chez SMart. L’ensemble des œuvres a été produit depuis les années 90, mais intègre des œuvres repères depuis les années 60.

©smart

En tant qu’entreprise sociale, quel intérêt a SMart d’investir dans une collection d’œuvres d’art? "Il est vrai que nous n’avons pas besoin de montrer que l’on investit des bénéfices, répond Sandrino Graceffa, nous n’avons pas de déficit d’image à combler, la partie la plus importante du projet SMart est d’aider les artistes." Les motivations de la coopérative sont de deux ordres. D’une part, la volonté de transcender les disciplines et attirer des artistes plasticiens – considérés comme plus solitaires – peu nombreux parmi les membres de SMart au contraire des artistes de scène. D’autre part, l’organisation entend par ce biais améliorer la connaissance sur le travail des artistes et son rapport à l’économie pour mieux l’accompagner.

©smart

La collection ayant atteint un certain degré de maturité, ses responsables ont jugé qu’il était temps de la partager avec le public. "Nous avons aujourd’hui une vraie collection, insiste Sandrino Graceffa. Il faut confronter les œuvres à différents regards. La collection est partout dans nos locaux, mais nous avons d’importantes demandes de prêts émanant de partenaires et de musées. Nous arrivons à montrer la collection par petits morceaux mais cela devient un peu frustrant. Les œuvres suscitent de l’intérêt pour elles-mêmes mais aussi pour le statut qu’elles occupent au sein de la collection. Difficile d’expliquer la démarche sans montrer l’ensemble de la collection."

©smart

Et pour les responsables, il était important la première exposition publique de la collection se déroule où elle est née, à Bruxelles. L’ouverture par SMart d’un nouvel espace de coworking pour les artistes constituait l’occasion rêvée pour organiser un tel événement. Installé dans une ancienne blanchisserie industrielle à Molenbeek, le centre de création "LaVallée" dispose de salles d’exposition et de répétition, studio multidisciplinaire, ateliers et chambres de résidence d’artistes. À découvrir en même temps que la collection.

"Portraits d’artistes" jusqu’au 11 octobre au centre de création LaVallée à Molenbeek. L’expo est accessible au public les samedis et dimanches entre 14h et 18h ou la semaine sur rendez-vous (vej@smartbe.be), smartbe.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés