interview

Un nouveau musée d'art contemporain à Liège?

En pleine discussion sur la création belge, l’artiste Alain De Clerck (à gauche) et le collectionneur Stephan Uhoda, chevilles ouvrières de la Space Collection. ©Anthony Dehez

La Space Collection reprendra-t-elle le flambeau du défunt Mamac? Réponse en compagnie de son fondateur et de son partenaire principal.

Créée par l’artiste Alain De Clerck, la Space Collection qui vient de se doter d’un nouveau lieu de 500 m2 peut compter sur le soutien, notamment financier, des frères Uhoda, gestionnaires, entre autres, d’un réseau de stations-service et parkings dans la région, et détenteurs d’une très belle collection d’art contemporain. Ils viennent d’ailleurs de financer l’acquisition par la Space de quatorze œuvres signées par de jeunes artistes francophones. Mais d’où vient cette volonté chez Uhoda de s’impliquer dans la Space Collection?

Stephan Uhoda: Depuis vingt ans, nous soutenons les jeunes artistes liégeois à qui, parfois, nous avons permis de réaliser leurs premières productions: je pense par exemple à Xavier Mary. En contribuant à la concrétisation de l’idée d’Alain De Clerck de constituer une collection d’abord liégeoise pour ensuite internationaliser sa démarche, nous souhaitons aider cette ville qui nous a permis de nous développer. Notre support n’est pas que financier: nous avons mis à la disposition de la Space une station-service désaffectée, lieu de happenings et où des installations ont été présentées.

"Avoir le soutien de la collection Uhoda confère une crédibilité vis-à-vis des centres d’art contemporain comme le MAC’s."
Alain De Clerck
Artiste et fondateur de la Space Collection

Alain De Clerck: Des initiatives telles que la Space Collection visent à redonner à Liège la place qui était sienne précédemment au niveau de l’art contemporain.

Dans le chef d’Uhoda, il s’agit d’une opération win-win puisqu’elle dote Liège d’une image dynamique, souvent associée à l’art contemporain?

S.U: Pas de calcul dans la démarche qui est la nôtre. Mais un renouveau en matière d’art contemporain, doublé peut-être de la perspective d’un musée digne de ce nom, nous réjouit: la situation géographique de Liège le permet.

Justement, le but final de la Space Collection n’est-il pas de faire émerger à nouveau un musée d’art contemporain dans la Cité ardente?

A.D.C.: Mon intention première est d’abord de faire l’Europe à travers la culture, mais, évidemment, je souhaiterais que Liège dispose d’une telle institution muséale. Que les expositions du musée de la Boverie drainent les foules est très positif, mais était-il nécessaire de fermer le Mamac pour autant? Car le thermomètre d’une ville au niveau de son développement se mesure à l’aune de sa dynamique en matière d’art contemporain.

Space Collection

Note: 4/5

Nouveaux artistes: Pascal Bernier, Lara Gasparotto, Djos Janssens, Chris Lecler, Eva L’Hoest, Mon Colonel et Spit, Frédéric Plateus, Antoine Renard et Charlotte vander Borght.

S.U.: Notre souhait ultime est qu’il existe un musée d’art contemporain capable de choix audacieux, afin d’attirer des visiteurs étrangers. Il faut faire fructifier le terreau existant à Liège, et les pouvoirs publics ont certainement une responsabilité en la matière. Ce terreau artistique liégeois remonte à plusieurs générations et nous tentons de l’intégrer dans la vision internationale que nous voulons donner à la collection Uhoda. Contribuant par ailleurs au développement de la Space Collection, nous constatons que les choix artistes qu’elle opère se révèlent pointus.

On vous sait, Stephan Uhoda, grand admirateur de la collection Graindorge, lequel vous a fait découvrir l’art contemporain. Peut-on imaginer qu’un jour la collection Uhoda puisse constituer le noyau central d’un futur musée d’art contemporain à Liège?

S.U.: Nous n’avons pas cette prétention. La collection est toujours en devenir et s’étoffe. Tant mieux si elle peut encourager les pouvoirs publics à développer un centre d’art contemporain à Liège. Nous n’avons pas encore de vision future pour la collection, nous limitant pour l’instant à l’internationaliser et à la faire connaître.

Concrètement, quel est l’impact d’Uhoda en qualité de "major partner" au niveau de la Space Collection?

A.D.C.: Avoir le soutien de la collection Uhoda confère une crédibilité à la Space Collection vis-à-vis des centres d’art contemporain comme le MAC’s: c’est une reconnaissance et une légitimation. Outre que la contribution financière d’Uhoda nous a permis d’acquérir 14 nouvelles œuvres, son apport constitue également une garantie de fiabilité qui nous a permis d’être conventionnés cette année par la ministre de la Culture.

Space Collection, 234 rue Vivegnis, 4000 Liège. 0497/994.435 – www.space-collection.org

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content